Influence de la résolution du maillage

Nous avons commencé par étudier l'influence de la résolution du maillage afin de déterminer si les résultats dépendent fortement du maillage ou non, afin d'utiliser le maillage avec le moins de mailles possibles sans altérer les résultats.

 

Maillages à 16500 mailles et à 148000 mailles

On utilise trois maillages : 16500 mailles, 44000 mailles et 148000 mailles. Les temps de calcul sont très différents allant de moins de quatre heures pour le maillage le plus grossier à plus de vingt heures pour le maillage le plus raffiné. On obtient les résultats suivants :

Nous remarquons que l'influence du maillage est quasiment nul. Sur le volume restant dans le réservoir nous n'observons aucune différence notable sur la première partie de la vidange, mais nous obtenons un écart d'environ 4% au maximum sur la fin de la vidange, ce qui n'est pas très significatif.

On peut noter, sur la courbe du débit de sortie, l'apparition d'oscillations parasites lorsque la taille des mailles augmente. Néanmoins ces oscillations se compensent en moyenne puisque cela ne modifie quasiment pas le volume restant dans le réservoir. L'origine des oscillations provient sûrement du fait que pour calculer le débit on utilise la valeur moyenne de la vitesse sur les mailles de la face de sortie multipliée par la taille de ces mailles. Plus le maillage sera grossier, plus ce débit calculé va être sujet à des "variations numériques" du à notre méthode de calcul.

On peut donc conclure que si l'on veut faire une étude quantitative où seul le temps de vidange nous intéresse, un maillage grossier peut suffire. En revanche si l'on veut s'intéresser avec précision aux différents phénomènes qui peuvent se produire dans le réservoir, il faut utiliser un maillage plus raffiné pour ne pas voir apparaître des effets indésirables du à des mailles trop grosses.