Effet de la pression en entrée

De la même manière que pour le débit imposé en entrée,  nous cherchons à définir l'influence de la pression imposée en entrée sur la variation temporelle du débit de retardant en sortie ainsi que sur le volume de retardant restant dans le réservoir.

Quatre pressions différentes ont été imposées comme condition en entrée : 1.1 bar, 1.2 bar, 1.3 bar, 1.5 bar, la pression en sortie de la buse d'éjection restant toujours égale à 1 bar. Les simulations ont été réalisés pour un retardant de viscosité $\mu=1.4 Pa.s$, $\rho=1380 kg/m^3$, une buse d'éjection de hauteur 0.8 m (container situé sur le pont inférieur de l'avion) et pour une résolution de maillage de 27000 cellules.

Ci dessous l'évolution temporelle du débit de retardant en sortie pour plusieurs pressions imposées en entrée.

                               

Dans un premier lieu, on remarque, que le débit de retardant augmente puis se stabilise pour ensuite chuter en présentant des oscillations preuve de l'arrivée de l'air en sortie de la buse d'éjection. Un vidange d'une durée de 8 secondes se fait pour une pression de 1.1 bar (Courbe en cyan).

         Pour mieux voir l'effet de la pression imposée, on trace l'évolution temporelle du volume de retardant restant dans le réservoir:

Comme pour la condition débit d'air en entrée, on remarque un vidange quasi-exponentielle, par contre la vidange n'est pas total il reste toujours un volume de retardant qui reste dans le container même pour une pression supérieure à 1.5 bar, c'est ce qu'on peut voir dans la vidéo de la fraction volumique de retardant où l'on peut clairement voir du retardant restant vers les côtés du réservoir: (P=1.1 bar)