Influence du flux pariƩtal

Pour valider ce qui vient d'être expliqué, nous avons procédé à des tests pour différentes valeur de flux mais toujours dans les même conditions de Reynolds, de Prandtl et toutes autres caractéristiques physiques mis à part. L'étude paramétrique a été lancé avec 5 flux allant de 10000 W/m² à 50000 W/m² avec un pas de 10000 W/m². L'ébullition devant se déclencher aux alentours de 35000 cela nous donne deux valeurs en dessous de ce flux critique, deux valeurs au dessus et une valeur un peu limite.

A priori si la crise d'ébullition à lieu cela se situera plutôt en fin de tube. Effectivement, le fluide ayant plus de temps de contact avec la paroi chaude lorsqu'il arrive en bout de tube il sera plus propice à voir sa température dépasser la température de saturation. Cette hypothèse sera validée ultérieurement.

      

Ce graphe montre bien que pour les valeur de flux imposée en paroi supérieur à 30 000 W/m² il y a apparition de bulles de vapeur.

Les bulles sont considérés ici au sens de vapeur d'eau. Les bulles étant petites il est difficile de pouvoir les observer. La fraction volumique de gaz est calculé pour être le complémentaire de la fraction volumique de liquide. Soit les deux équations suivantes:

$\alpha _{V}=\frac{V_{V}}{V_{T}}$

$\alpha _{V}+\alpha _{E}$

Où l'indice V représente la vapeur, le T pour total et le E pour eau liquide.

 

Concernant le chargement des données ous Edamox, nous vous redirigeons vers le lien suivant qui contient le dossier EBULLITION dans lequel se trouve le fichier de définition "param":

http://hmf.enseeiht.fr/travaux/bei/beiep/content/g10/telechargements

Dans ce fichier, ce sont les valeurs des flux imposés à la paroi qui ont été modifiées ainsi que la vitesse en entrée, le pas de temps, les valeurs de k et ε.