Conclusion

Au cours de ce BEI, nous avons testé le code Neptune_CDF sur des simulations ayant pour thème la modélisation du refroidissement d'un réacteur à eau pressurisé. Pour aborder ce problème de manière simplifié, on a utiliser comme géométrie un cylindre vertical avec un débit d'eau entrant par le bas et un flux de chaleur imposer sur la paroi extérieur. Pour l'utilisation de Neptune, on s'est appuyé sur un cas test fournie par EDF modélisant un problème similaire que l'on a adapté.

 Dans un premier temps, on s'est assuré que le code calculait correctement le profil de vitesse en comparant avec la loi logarithmique. Puis, on a chauffé le tube en veillant à ne pas atteindre l'ébullition. En comparant avec les corrélation de Dittus-Boelter et de Gnienlinski sur le Nusselt, on a pu confirmé que le transfert thermique était correctement calculé.
Dans la troisième partie, l'objectif était d'atteindre l'ébullition et de comparé les flux calculés à ceux de la corrélation de Chen. L'utilisation de Neptune_CFD a posé de gros problème dans notre cas et nous avons donc réalisé l'étude avec le cas test DEBORA (freon 12 at 26,5 bars). Neptune_CFD apportait à nouveau des résultats très satisfaisant et en accord avec la corrélation.

Pour ce type d'écoulement, CFD_Neptune semble être un outil approprié et donne des résultats conformes aux corrélations de la littérature.