Introduction

Jusqu'aux années 60, la vitesse des avions n'a cessé d'augmenter jusqu'à ce qu'on atteigne des célérités proches de la vitesse du son. Les aérodynamiciens ont été confrontés à des problèmes dus à l'apparition de chocs au niveau de l'aile. Ainsi l'enveloppe de vol des avions d'aujourd'hui est limité principalement par :

Plusieurs stratégies ont été mises au point afin de s'affranchir de ces limites. Les profils supercritiques ont donc été développés pour retarder l'apparition de la traînée de choc. Plus récemment, les profils laminaires sont encore en cours de développement afin de maintenir une couche limite laminaire la plus étendue possible.

Le Bureau d'Etude Industriel présenté ici, s'inscrit dans le cadre du programme européen TFAST (Transition location effects on Shock Wave Boundary Layer Interaction). Le sujet propose d'étudier les liens qui existent entre les instabilités aérodynamiques qui interviennent en régime transsonique et de déterminer l'influence de l'état de la couche limite sur ceux-ci. Le but final est de réduire la traînée afin de réduire la consommation de carburant tout en maximisant l'enveloppe de vol. 

En pratique cela se traduit par la mise en évidence du phénomène de tremblement sur un profil spécifique (transsonique et laminaire proposé par Dassault, coordonnateur du cas-test.). Les variables considérées pour cela sont l'angle d'attaque, la vitesse et le type de couche limite. Le but est de déterminer les configurations critiques où le tremblement se déclenche, puis de rechercher des corrélations avec les phénomènes qui entrent en jeux (Décollement de la couche limite, intéractions, état de la couche limite, etc...). Les résultats numériques obtenus au cours de ce BEI seront validés par comparaison aux résultats expérimentaux qui seront réalisés au cours de l'année 2013. 

Les principaux paramètres de cette étude sont :