Conclusion

    On s'est intéressé dans ce travail à l'étude de l'évolution de la taille d'une particule liquide saturée de CaCl2-H2O. Ainsi, la phase initiale du grossissement n’a pas été traitée d'une façon très complète puisque, on devrait normalement commencer avec des particules solides de CaCl2 déshydraté.

    De plus, mener une étude expérimentale sur ce sujet nous semble être une étape nécessaire pour valider le modèle utilisé. En effet, on peut être amené à caler certains paramètres du modèle tels que la diffusivité modifiée de la vapeur d'eau Dv* ou encore la conductivité modifiée de l'air humide Kv* pour faire coïncider nos résultats avec ce qui se passe en réalité. Cet aspect de comparaison avec certaines données nous a manqué dans cette étude puisqu'il s'agissait d'un sujet peu développé dans la recherche actuelle.

    Après validation de l'effet hygroscopique, on pourra s'intéresser au problème plus général, c'est à dire celui d'une particule injectée dans un flux d'air humide. On combinera ainsi l'effet hygroscopique avec celui de la turbulence (Le transfert de chaleur se compliquera par la convection qui dépendra de l’écoulement d’air au voisinage de la particule) et de la coalescence (induite par collision entre les gouttelettes situées dans le champ turbulent)