Résultats et analyses

Étude avec écoulement vertical ascendant

Résultats et analyses


 

Le tableau ci-dessous présente les conditions expérimentales ou numériques présentes dans la littérature. Les numéros qui suivent le nom des chercheurs correspondent à différents cas d’étude :

Maity 1

Maity 2

Montout 1

Montout 2

Montout 3

P = 1 bar

P = 1 bar

P = 1 bar

P = 10 bar

P = 155 bar

V = 0.077 m/s

V = 0.15 m/s

V = 0.5 m/s

V = 0.5 m/s

V = 0.5 m/s

ΔT = 5 K

ΔT = 6 K

ΔT = 1 K

ΔT = 5 K

ΔT = 5 K

Les résultats des diamètres de détachements ainsi que le pourcentage d’erreur associé sont mis en exergue ci-après :

 

Maity 1 & 2

Modèle

Pourcentage d’erreur  (en %)

Détachement (mm)

1.4

1

29

Détachement (mm)

1

0.5

50

 

 

Montout 1,2 & 3

Modèle

Pourcentage d’erreur (en %)

Détachement (mm)

2

0.4

80

Détachement (mm)

1.9

0.8

57

Détachement (mm)

0.9

0.6

33

Ces résultats ne sont pas à analyser de la même manière. En effet, le premier tableau est un comparatif avec l’expérience tandis que le second l’est avec un modèle numérique conçu lors de la thèse de M.Montout. L’optique de ce BEI était même d’améliorer ce modèle en affinant certaines expressions de forces.

S’agissant de nos résultats comparés avec ceux de Maity, ils comportent une erreur significative. Cela peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Les premiers sont dus aux hypothèses simplificatrices que l’on a utilisé : la forme des bulles considérée sphérique tout au long du phénomène, la bulle est considérée comme un point matériel qui est son barycentre où vont s’appliquer les forces.

Un autre facteur peut être dû à une surchauffe trop importante que notre modèle semble mal géré. Cette surchauffe importante induit un nombre de Jacob grand. Notre modèle, qui prend en compte ce paramètre fondamental, puisqu’il régit l’évolution du rayon de la bulle, est peut-être trop sensible et devient alors instable.

Quant aux résultats comparés à ceux de Montout, nous ne pouvons pas savoir avec précision l’erreur commise puisque nous n’avons pas utilisé les mêmes modélisations des forces. Nous avons rajouté le phénomène de « Bernoulli suction » pour la portance et affiné certaines expressions de forces (forces capillaires notamment). Nous espérons que ce travail a rendu la prédiction du diamètre de détachement plus précis.

A noter que la partie de l’étude concernant le roulement des bulles sur la paroi n’a pas été abordé par manque de temps.

Retour vers le haut de la page 

Nous vous invitons pour finir à lire notre conclusion.