Conclusions

Conclusions

Ainsi, la modélisation des flux de chaleur en paroi de réacteur pour prédire la crise d’ébullition soulève de nombreuses problématiques, et par le biais de ce travail, nous avons pu examiner certains aspects de ce sujet. La corrélation, la plus fiable pour prédire le flux de chaleur à hautes pressions est celle de Liu et Winterton. Par ailleurs, le modèle de Kurul et Podowski est fiable à faible surchauffe, mais très peu précis à forte surchauffe. Le modèle de Yeoh et al couplé au modèle de Basu et al donne des résultats prometteurs pour la prédiction du flux de chaleur. En outre, l’expression de la vitesse relative donnée par le bilan des forces donne des résultats pertinents mais il semblerait que l’évolution du rayon de la bulle suive la loi de Zuber avec un paramètre K variable en fonction du temps, lorsqu’on étudie les vitesses à K variable. De plus, les hypothèses faites sur l’ordre de grandeur des temps caractéristiques ne sont pas toujours justifiées. Les simulations ont aussi montré que les écarts entre les prédictions de deux corrélations pour le temps d’attente ne sont pas non négligeables. En ce qui concerne les diamètres de décollage, les principales corrélations utilisées les surestiment. Ainsi, les perspectives de ce travail s’orienteraient vers une meilleure estimation  des temps de décollage et de détachement et des diamètres de décollage et de détachement puisque les modèles disponibles sont très peu précis et fiables en ce qui concerne ces paramètres.