Flux critiques en fonction de la gravité

Les premiers résultats que l'on a obtenu au cours de ce projet concernent d'une part l'évolution du flux critique en fonction de la gravité ainsi que l'évolution du flux en fonction de la température de paroi pour les trois gravités. Pour rappel le flux critique correspond au flux maximal atteint lors de la phase d'ébullition nucléée avant de passer en ébullition de transition. 

A noter que les résultats sont de nouveau présentés sans dimension, ainsi les flux, gravité et température sont sans unité.

 

  1. Évolution du flux critique de paroi

    La figure suivante montre l'évolution du flux critique en fonction de la gravité. La première observation que l'on peut faire est que le flux critique augmente avec la gravité. Cela signifie que diminuant la gravité, le domaine d'ébullition nucléée diminue également et que pour une température donnée en ébullition nucléée, le système est plus proche de l'ébullition de transition. 

 

  1. Évolution des flux de paroi en fonction de la température de paroi

    Les trois figures qui suivent montrent l'évolution des flux de paroi en fonction de la température adimensionnalisée $\frac {T_{paroi}-T_{saturation}}{T_{critique}}$ pour des gravités respectivement croissantes $G1$, $G2$ et $G3$. A noter que le paramètre que l'on fait varier ici est $T_{paroi}$.
    Ces trois courbes on été tracé pour un domaine de température allant au delà de la phase d'ébullition nucléée. En d'autres termes les phases d'ébullition nucléée, de transition ainsi de d'ébullition en film sont montrées ici. La phase d'ébullition nucléée apparaît clairement et correspond à la phase d'évolution quasi linéaire du flux en fonction de la température, c'est à dire sur l'intervalle [0.96 1]. C'est cette phase qui nous intéresse tout au long du projet, les autres phases faisant l'objet de modélisations différentes. Les flux ont été adimensionnalisés par le flux critique.