Choix du flux pariétal

La grande différence entre le cas mono-froid et le cas mono-chaud est le fait que la paroi est chauffée. Cela implique de calculer au préalable le flux d'énergie que l'on décide d'injecter en paroi. Ce flux doit être judicieusement calculé afin de ne pas déclencher l'ébullition. Nous avons décider de se placer à un flux de 30 000 W/m² car le flux critique est environ de 37 000 W/m². Le calcul de ce flux critique est détaillé dans la partie ébullition. Mais il a été validé car l'observation de la fraction volumique de gaz qui reste égale à 0 dans tout le tube durant toute l'expérience avec un tel flux le permet.