Études menées et perspectives

De nombreuses études ont été menées, notamment la thèse de Michael Montou avec l’étude des modèles d’ébullition en paroi, puis les rentrer dans le code de simulation Neptune afin de tester ces modèles et améliorer ceux qu’il y a dans le code pour finalement s’approcher du flux critique et regarder les conditions.

Concernant notre étude, nous serons placés plus en amont, à savoir la recherche du bon modèle d’ébullition qui traduise ce qu’il se passe à pression atmosphérique avec de l’eau.

Donc la première partie de l’étude va consister à chercher qu’est-ce qu’on a comme résultats expérimentaux à notre disposition sur des écoulements bouillants avec de l’eau à pression atmosphérique (étape de recherche bibliographique et surtout ces expériences permettront (à pression atmosphérique) de regarder ce que donnera le code Neptune et de faire la validation).

 

Nous sommes un groupe de quatre et la séparation en deux binômes permettra de traiter séparément :

-       La Modélisation des flux de chaleur en paroi (Recherche des données, validation et comparaison expérimentale).

-       La Simulation numérique avec Neptune (groupe de Thomas LIGEOIS et d’Aurélien ZMELTY).

 

Cependant les deux approches sont assez complémentaires donc les deux groupes seront amenés à travailler ensemble (échange de données).

Malgré cela, notre groupe devra s’attacher à la compréhension du cours de diphasique, à savoir les modèles d’ébullition nucléées en paroi (notamment résultats issus des modèles de Yu et Wang). Attention tout de même car ici il s’agit d’une ébullition convective et les lois de fermeture sur les fréquences et les diamètres sont différentes du cas classique. Il va y avoir  de plus sur les aspects de modélisation, il y a des choses intéressantes à faire comme les diamètres de détachement des bulles, les fréquences de déformation, (ce n’est pas assez précis et adapté).

Une étudiante a regardé l’an passé la modification des modèles en paroi qu’il y a dans Neptune et  elle a fait un codage sous Matlab. Mais aucune comparaison avec des bases de données expérimentales. Il peut donc être intéressant de voir ce de voir ce qu’il y a dans Neptune. Dans ce cadre nous allons devoir nous auto former sur ce logiciel ainsi que le logiciel de maillage qu’il lui est associé : Simail.

De plus la collaboration avec Stéphane MINOUNI va s’avérer nécessaire en raison de son expertise dans ce domaine et pour l’échange de de maillage (maillage EDF). De même l’étude approfondie de  la thèse de Michael MONTOU va être nécessaire pour comprendre tous les aspects importants de ce sujet.

Nous lui demanderons également les résultats des simulations des écoulements en tube ainsi que l’envoi d’un cas test bouillant qui fonctionne correctement, donc il suffit de le lancer pour voir les résultats.