1. Etat des lieux

L'état des lieux est une phase essentielle pour réaliser l'étude préliminaire de la conception de passes à poissons. Il a pour but de recueillir les données nécessaires à l'établissement du projet. Ainsi, dans cette partie, nous préciserons la zone d'étude ciblée pour le rétablissement de la continuité piscicole et les caractéristiques du seuil d'Harchéchamp, site que nous étudierons plus en détail. Le contexte piscicole sera étudié afin de préciser la liste des espèces à prendre en compte pour la réalisation du projet. Enfin, nous détaillerons les aspects administratifs et réglementaires liés à ce projet et en particulier les propriétaires du seuil et les acteurs sans qui le projet ne peut s'effectuer. Cette première partie permet donc de donner les éléments de cadrage et discuter des enjeux liés au site et de la nécessité de mise en place d'ouvrage de franchissement pour rétablir la continuité piscicole.

 

 

1.1- Définition de la zone d'étude

La thématique de libre circulation piscicole ne peut se raisonner localement : elle ne doit pas se focaliser sur un ouvrage en particulier.

a) Délimitation de la zone d'étude

L'étude de la continuité piscicole en lien avec le site d'Harchéchamp doit être prise en compte dans une approche plus globale. Pour cette raison, nous avons du définir les limites de notre étude. Plusieurs critères de choix ont été nécessaires pour délimiter la zone.

Critère piscicole

Le raisonnement envisagé est de rétablir la continuité piscicole entre le Vair et la Meuse. A la confluence de ces deux cours d'eau, les populations sont à dominante cyprinicole. Nous avons donc choisi de nous restreindre à la zone n°49 de la carte présentée en figure 2.10. Cette zone est la partie du Vair correspondant au domaine cyprinicole. Elle concerne la partie aval du Vair : de la confluence avec le Petit Vair en amont jusqu'à la confluence avec la Meuse en aval. Cette zone englobe également la partie aval de la Vraine, affluent du Vair.

Figure 2.10 - Carte délimitant les contextes piscicoles,du bassin versant du Vair. Source : Fédération de Pêche des Vosges

Critère technique

Le bureau d'étude GENIVAR travaille sur le projet  HEBMA (aménagements Hydrauliques et Environnementaux sur le Bassin de la Meuse Amont). L'étude globale d'aménagement prévoit l'analyse de 16 seuils sur la zone d'étude dont 6 sur le Vair (ROE n°1,3,4,5,6 et 7 de la figure 2.11). Sur le bassin du Vair, la zone concernée par les études de GENIVAR s'étend de la confluence avec la Vraine jusqu'à la confluence avec la Meuse. 

Figure 2.11 - Carte des aménagements hydrauliques sur le bassin du Vair

Dans notre étude, nous allons donc nous concentrer sur ce tronçon : de la confluence avec la Vraine jusqu'à la confluence du Vair avec la Meuse. Le linéaire concerné est d'une longueur de 32 km, sectionné par 8 obstacles référencés ROE et concerne une population piscicole assez homogène, à dominante cyprinicole.

 

b) Une action globale de rétablissement de la continuité piscicole 

Afin de rétablir la continuité piscicole sur l'axe défini précédemment, une stratégie d'aménagement doit être établie. La définition d'aménagements devra prendre en compte cette problématique de continuité piscicole mais devra s'adapter également aux autres problématiques (continuité écologique au sens large, inondabilité) tout en étant compatible avec les usages liés à ces ouvrages ainsi que les contraintes techniques, financières et sociales. 

L'effacement complet de l'ouvrage est la solution idéale pour rétablir la continuité piscicole. Si cette solution n'est pas envisageable (contraintes citées précédemment), la mise en place de dispositifs de franchissement est à étudier. 

 

Bilan: Dans la suite du travail, nous allons définir le contexte piscicole sur le tronçon d'étude, de la confluence du Vair avec la Vraine jusqu'à la confluence du Vair avec la Meuse. Ensuite, l'étude de chaque ouvrage infranchissable est nécessaire pour entrer dans la logique globale du rétablissement de la libre circulation jusqu'à la confluence avec la Meuse.

Notre étude se concentrera ensuite sur le seuil d'Harchéchamp (ROE 6). Nous proposerons un dispositif de franchissement dans un des aménagements  proposé qui ne rétablit pas la continuité piscicole.

 

 

1.2- Contexte piscicole

L'étude du contexte piscicole est une étape clé de notre travail puisqu'elle permet d'identifier l'état piscicole de notre zone d'étude et surtout de déterminer les espèces à prendre en compte pour la proposition de passes à poissons qui sera effectuée par la suite.

Le Vair n'est pas un cours d'eau classé au titre de l'article L214-17 du Code de l'Environnement : il n'apparait pas sur l'avant-projet de classement des cours d'eau dans le bassin Rhin-Meuse. Le rétablissement de la libre circulation sur le Vair n'est pas imposé à l'heure actuelle sur le plan réglementaire et il n'y a pas d'espèces migratrices prioritaires (comme les migrateurs amphihalins) à prendre en compte. Dans ce cadre, notre analyse doit se baser sur les espèces  piscicoles en place sur le cours d'eau en confrontant les habitats disponibles.

Pour étudier le contexte piscicole, nous nous sommes basées sur les opérations de pêche réalisées par l'Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA), obtenues sur la base IMAGE du Portail Eau France.

 

a) Localisation des stations concernées par l'étude

Le document de Synthèse de l'ONEMA sur le réseau hydrobiologique et piscicole du bassin Rhin-Meuse entre 1995 et 2004, nous a fourni les positions des stations de pêche sur le bassin (figure 2.12).

Figure 2.12- Position des stations (étoiles rouges) sur le bassin Rhin-Meuse. Source : ONEMA, Réseau Hydrobiologique et Piscicole, Bassin Rhin Meuse, 2007

Notre raisonnement est de déterminer les poissons actuellement présents dans le Vair, mais aussi de faire un état des lieux des populations piscicoles présentes sur la Meuse au niveau de la confluence avec le Vair. Ceci nous permet