Milieu Humain

Les Impacts sur le milieu humain

 

Bilan sur les impacts sur le milieu humain

Les impacts positifs identifiés concernant ce thème sont :

  • Jusqu'à 200 000 habitants du territoire Vendée-Ouest auront accès à une eau potable provenant du dessalement de l'eau de mer,
  • Répondre aux besoins de la consommation croissante en eau,
  • Maintenir l'activité touristique du littoral,
  • Créer des emplois directs. La créations d'emploi est importante mais temporaire. En période d'exploitation, le bilan des emplois est difficilement chiffrable du fait de l'automatisation de ces installations,
  • Créer  des emplois indirects par le développement d'entreprises et de services,
  • Former et informer les populations aux métiers de l'eau et du dessalement,
  • Réduire le chômage,
  • Et redynamiser les activités des jeunes actifs.

Les impacts négatifs sont :

  • Augmentation du trafic
  • Une potentielle extension des villes sur les terres agricoles.
  • La modification des activités touristes. Deux phases sont identifiées : la première phase est celle de travaux. Elle implique une importante réduction des loisirs réalisés sur le littoral et la forêt domaniale (baignades, randonnées, motocross...) : il s'agit d'un impact temporaire.
    Sur le long terme,  les activités humaines (chasse, production de bois, randonnées) effectuées sur les 20 ha de dunes boisées seront nulles. Elles pourront cependant reprendre sur les dunes blanches et grises.
  • Destruction de chemin de randonnées à pied (GR8) , à VTT et équestre,
  • Destruction d'aménagement d'accueil du public (aires de pique-nique, parcours de découverte de la nature... )
  • Les missions exercées par l'ONF ne seront plus adaptés aux nouvelles conditions environnementales engendrées par l'implantation de l'usine. Il s'agit d'un impact temporaire,
  • Des risques de gêne du voisinage par le bruit de l'usine (impossibilité à estimer l'intensité du bruit émis).

Pour accéder aux mesures mises en place pour réduire les impacts sur le milieu Humain et à leurs coûts, cliquez ici
 

Figure 1 : Carte de synthèse des impacts sur le milieu humain
(S.BAQUEY, A.BUENO)

Ces points sont détaillés dans les sous-thèmes ci-dessous :

Impacts sur le milieu socio-économique

L'aspect socio-économique de la zone d'étude.

La Vendée subit des pénuries en eau de plus en plus fréquentes : l'inquiétude des autorités sur leur capacité à approvisionner les populations dans les années à venir est forte. Une usine de dessalement sur le territoire est la solution technique envisagée. Elle permet de produire au quotidien 20 000 m3 d'eau potable et est extensible à 40 000 m3. Ainsi entre 100 000 à 200 000 habitants du territoire Vendée-Ouest pourront obtenir de l'eau potable issue de cette technologie. Cette option permet de répondre au besoin de la population mais aussi de maintenir l'activité touristique de la région. En effet, il est difficilement de conserver l'attractivité d'une région si cette dernière ne peut satisfaire le public en terme de commodités et de loisirs.

Le territoire Vendée-Ouest se caractérise par une population aisée, assez âgée du fait de l'attraction de cet espace pour les jeunes retraités. Ceci génère de fortes inégalités : en effet, en parallèle, la population des jeunes actifs est touchée par un chômage récurrent et long associé à l'activité saisonnière du tourisme et à la migration de demandeurs d'emploi de régions voisines.

L'implantation de l'usine peut engendrer des effets positifs et significatifs pour la zone d'étude en terme d'emplois directs ou indirects, la créations d'entreprises et de services. Ces bénéfices varient selon les options retenues par le projet de dessalement : taille d'infrastructures, types d'énergie... On note également que la création d'emploi est importante et temporaire au début : il s'agit de la phase de travaux. Les emplois permanent durant l'exploitation de l'usine sont moindre du fait de l'automatisation de la filière.
La formation et l'information technique et culturelle autour de l'eau et du dessalement se développeront autour de cette activité.

Sur le long thème, on assiste à une réduction du chômage des jeunes actifs permettant de redynamiser les activités et les loisirs sur l'année.

L'intérêt socio-économique est fort.

Impacts sur le secteur agricole

Le secteur agricole.

La zone d'étude n'est pas exploitée par l'aquaculture (conchilicultre, pisiculture, saliniculture). Il s'agit de pratique à petite échelle. L'impact est considéré comme nul.

En opposition, l'agriculture de type culture (mais, colza...) et élevage bovin sont bien présent sur le territoire. Notre projet initiale se concentre uniquement sur la forêt domaniale. Aucune terre agricole ne sera affectée directement (expropriation des agriculteurs, ...). Cependant, de manière indirecte, l'implantation de l'usine risque d'augmenter la pression foncière exercée sur le territoire. La protection des espaces agraires par les administrations doit être renforcée face à l'extension des communes.

Impacts sur les activités touristiques et les loisirs

Les activités de loisirs.

La zone d'implantation est un espace riche en activité touristique. Des plages sont aménagées au sud de la zone d'étude à proximité de la commune de Notre Dame des Monts. Outre l'attraction balnéaire du site, le tourisme vert se développe. Durant la période estivale, les activités de randonnée, de promenade à cheval et à vélo, la motocross, sont pratiquées sur le littoral ainsi que sur la forêt. Il apparaît évident que ces animations seront fortement perturbées durant la phase de travaux mais aussi durant la phase d'exploitation de l'usine. Les chemins empreintés ne seront plus accessibles surtout durant la phase de travaux : un périmètre de sécurité sera mis en place. L'installation de l'usine risque de détruire des zones de piques-niques aménagées par les communes ou l'office nationale de la forêt. L'attraction des touristes pour cet espace durant la phase de travaux va se réduire. Le défi de l'industriel est de rétablir l'attrait porté par les populations pour cette espace via des aménagements et intégrer l'usine au paysage.

Le bruit émis par l'usine peut s'avérer problématique pour les touristes de passage ou le voisinage. Il est important de remarquer que nous avons choisis d'implanter l'usine dans un secteur où l'urbanisation était la plus faible afin de réduire cet impact. Il aurait été intéressant pour l'étude de se déplacer à Barcelone en Espagne. Cette ville présente la plus grande usine de dessalement d'Europe. Des mesures sur le terrain aurait permis d'estimer les décibels produites par l'usine au quotidien. En l'absence de telles mesures, il nous est difficile de conclure sur le niveau d'intensité de cet impact : nous faisons le choix de le considérer comme un effet existant et négatif suite à l'implantation de l'usine.
 

La chasse est un loisir effectué de mi-septembre à mi-mars. L'implantation de l'usine va perturber la faune comme cela a déjà été évoquée dans la partie concernant le milieu naturel. Cette modification risque ainsi d'altérer l'activité de la chasse. Cependant, l'espace occupé par le projet de dessalement repose sur 20 ha ce qui représente 2.5% de la surface totale de la forêt comprise entre La Barre de Monts et Notre Dame de Monts. Donc cet impact est considéré à moindre effet.

La gestion de l'ONF à travers la production de bois, la protection des milieux, l'accueil du public et la surveillance ne sera plus applicable à ce milieu transformé. Après analyse de la situation, on note:

  • une absence de production de bois sur la zone d'implantation entraînant des changements de pratique de la part de l'ONF et d'une diminution de la production globale de bois sur le domaine de la Forêt du Pays de Mont,
  • une augmentation des risques de destruction du milieu,
  • des infrastructures inadaptées à l'accueil du public,
  • Une surveillance du site insuffisante

La pêche est peu existante sur cette zone d'étude. L'activité sera affectée durant la phase de travaux d'enfouissement des canalisations de captation.

Quelles sont les mesures envisagées pour compenser ces effets négatifs?