Les activités humaines

 

Les activités humaines

 

Ce qui faut retenir de ce sous-thème :

  • La zone d'étude est réputée pour son tourisme au niveau du littoral ainsi qu'au sein de la Forêt Domaniale du Pays de Monts. Les principales activités touristiques du site sont les baignades, les promenades à pied, équestre et à vélo, les motocross, les pique-niques...
  • La chasse est un loisir fortement pratiquée du mois de mars à septembre. Elle participe à maintenir un équilibre écologique dans la forêt.
  • La pêche à pied est exclusivement effectuée dans la Baie de Bourgneuf et non sur le littoral de la zone d'étude. La pêche en marais ne fait pas partie non plus des loisirs répertoriés sur le site.
  • La forêt domaniale est gérée par l'ONF qui mène diverses missions:
          - la production de bois estimée à 1.4 m3/ha/an
          - la protection des milieux
          - l'accueil du public
          - la surveillance générale du domaine privé de l'état

Ces thèmes sont détaillés dans les sous-parties suivantes :

Le Tourisme

Tourisme et usages récréatif des plages, dune et forêts

L'activité humaine primordiale du secteur d'étude est le tourisme localisée au niveau des communes du littoral de la Vendée. En période estivale, prés de 300 000 personnes se concentrent sur cette zone particulièrement attirées par la mer. Les activités de baignade et de loisirs côtiers influent directement sur l'économie touristique locale. En effet, l'estran est un espace propice pour la pratiquer de la pêche à pied, du char à voile, de la voile et des promenades. Attirés dans un premier temps par les activités des plages et de l'estran, les touristes s'orientent également vers les massifs dunaires et les forêts En effet, les loisirs dans ces espaces sont nombreux : promenades, VTT, cheval, pique-nique...

La surfréquentation touristique de ces espaces n'est pas sans conséquence sur l'environnement. Elle entraîne la multiplication des passages anarchiques au sein des dunes, la circulation des motocross, un stationnement abusif des véhicules favorisant ainsi une dégradation et une déstabilisation des pelouses dunaires 1.

Activité de gestion forestières

Activités de gestion forestières

Le boisement de cette zone est une volonté humaine afin de fixer les sables. La sylviculture est une activité économique permettant la gestion des espaces forestiers tout en assurant la pérennité des bois. L'exploitation des bois se concentre sur les arbres secs : des coupes progressives ( 2 à 3 coupes sur 5 années) maintient leur regénération. L'Office Nationale des Forêts gère leur gestion et contrôle leur exploitation souvent réalisée par des particuliers. Quatre missions principales sont réalisées par l'organisme 4 :

  • la production de bois. Elle est estimée à 1,4 m3/ha/an sur la période de 1996-2010, d'après le document d'objectifs Natura 2000 (DOCOB 1). En moyenne, le bois vaut 10 € le stère.
  • la protection des milieux. En effet, le maintien et l'augmentation de la biodiversité sont favorisés par les activités de gestion forestière
  • l’accueil du public. La création, la réalisation et le suivi d’équipements destinés au public permettent d'assurer cette mission. Ces aménagements sont divers : il s'agit de sentiers pédestres et équestres, des pistes cyclables, des tables de pique-niques. Le financement est en général effectué par les collectivités (Communes, Intercommunalités, Départements…) 
  • la surveillance générale du domaine privé de l’état.

La gestion de la Forêt Domaniale est soumise à la réglementation du Code Forestier, intégré dans les Directives locales d'aménagement et des Orientations régionales Forestières.

La chasse sur les massifs dunaires

La chasse sur les massifs dunaires

Les espèces chassées en forêt domaniale sont le lapin, le pigeon, la bécasse... La chasse est une activité de loisirs réglementée. L'office National des Forêt est le détenteur du droit de chasse. Il est l'acteur principale au sein de la Forêt Domaniale des Monts : l'ONF fixe les jours autorisés à cette pratique : elle débute généralement vers le mi-septembre et se termine fin mars. Les dates varient selon les années car l'activité dépend de baux pluriannuels et de licences.

En fonction des gibiers, la période de chasse présente des jours de non chasse et des jours où la chasse est autorisée que sur une partie de la forêt. Il est important de se maintenir au courant de mises à jour du calendrier de chasse publié par l'ONF 2. La figure ci-dessous représente un exemple de calendrier pour la saison 2012-2013 et est consultable sur le site de l'ONF de l'Agence Régionale des Pays de la Loire.

Figure 1: Calendrier prévisionnel de chasse pour la saison 2012-2013.
(ONF)

La chasse participe également à la gestion durable des forêts. Cette pratique permet la conservation des écosystèmes forestiers et au développement de la biodiversité. Par exemple, la chasse du lapin permet de limiter une population trop importante dans le milieu réduisant les risques de dégradation de la dune grise 1.

La pêche

La pèche

Deux types de pêche sont distinguées au sein du secteur d'étude : la pêche en professionnelle et la pêche de loisirs.

1. La pêche à pied professionnelle

Elle se localise uniquement au niveau de la baie de Bourgneuf. Le nombre de professionnelles et les prélèvements de coquillages ( palourdes, coques, huitre et les bigorneaux) sont limités. Depuis 2005, le nombre de pêcheurs n'a pas dépassé les 250 professionnelles.

2. La pêche de loisirs et touristique

2.1 la pêche de loisirs à pied.

Comme la pêche professionnelle, cette pratique se concentre exclusivement au niveau de la Baie de Bourgneuf au niveau de laquelle deux arrêtés préfectoraux régissent les conditions de pratique. Ce loisir est de plus en plus exercé depuis les années 1990.. De plus, les Affaires Maritimes de Normoutier estiment une variation du nombre de pêcheurs selon les saisons touristiques et les grandes marais. De 150 à 200 pêcheurs réguliers, le nombre de pratiquant peuvent atteindre les 1 000 à 1 500 en haute saison.

Figure 1 : Localisation des zones de pêche à pied de loisirs
(ACTeon / ECOVIA 5
)

2.2 la pêche en marais.

Concernant la pêche en marais et d'après le DOCOB 3 réalisé en 2010, il n'existe pas d'AAPPMA (Association Agréée pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique). Le droit de pêche est loué par des syndicats. Des plans d'eau et des étangs appartenant à des communes ou des privés peuvent faire l'objet de cet exercice. Cinq espèces sont majoritairement péchées dans ce milieux : l'anguille, la civelle, le sandre, le brochet et la grenouille.

La zone d'étude, la Forêt Domaniale de Monts et son littoral, n'est pas concernée par l'exercice de la pêche.

Bibliographie

Bibliographie

DOCOB FR 5200653 (SIC), Document d'objectifs Natura 2000 du site Marais Breton, baie de Bourgneuf, île de Noirmoutier et forêt de Monts, Portail du Sytème d'information documentaire de l'environnement, 2002.

2 ONF : Office National des Forêts, Jours chassés en Pays de la  Loire,
Disponible sur < http://www.onf.fr/centre_ouest_auvergne_limousin/sommaire/chasse/chasse_... >
Consulté le 20/02/2013

 3 DOCOB FR 5212009 (ZPS), Document d'objectifs Natura 2000 du site Marais Breton, baie de Bourgneuf, île de Noirmoutier et forêt de Monts, Portail du Sytème d'information documentaire de l'environnement, 2010.

La Barre de Monts Fromentine, Environnement Urbanisme - ONF
Disponible sur <http://www.labarredemonts.fr/www-rubrique-934-MAIRIE-FR-ENVIRONNEMENT.html>
Consulté le 19/02/2013

5 ACTeon/ EcoVia, Amélioration des connaissances sur les fonctions et usages des zones humides : évaluation économique sur des sites tests, Le cas des Marais Bretons
Disponible sur < http://www.eau-loire-bretagne.fr/espace_documentaire/documents_en_ligne/guides_zones_humides/ZH_3F_Marais_breton.pdf >
Consulté le 21/02/2013