Diagnostic socio-économique

Diagnostic socio-économique

Ce qui faut retenir sur cette partie :

La Vendée peut être découpée en quatre territoire: Vendée-Est, Vendée-Centre, Vendée-Sud et Vendée Ouest. Lors de notre diagnostique socio-économique, le territoire de Vendée-Ouest correspond à notre secteur d'étude. Ce dernier regroupe neuf cantons (Figure 1). Le Canton représentatif de notre zone d'étude est le Canton de Saint-Jean-De-Monts.

En résumé, le département de la Vendée est caractérisé par un fort dynamisme démographique et économique. En effet, sa croissance démographique est élevée : il se place en quatrième position des départements français et métropolitains connaissant la croissance la plus forte depuis les années 2000. Ceci est dû à l'attractivité du littoral et de l'océan sur les retraités, accompagné de l'arrivée d'actifs en provenance des territoires les plus proches ainsi que d'actifs de la région parisienne à la recherche d'évasion dans des résidences secondaires

Globalement, la pauvreté est moins fréquente que d'autres départements de la région voir faible à l'échelle nationale. Cependant, le Vendée présente de nombreuses disparités selon les quatre territoires (Vendée-Est, Vendée-Centre, Vendée-Sud et Vendée Ouest). Les grandes agglomérations  concentrent des populations pauvres. Le Sud est caractérisé par un chômage plus élevé, le Nord-Est est plus épargné.

Le littoral, notamment le canton de Saint-Jean-de-Monts, présente d'une part une population de retraités aisés et d'autres part une population d'actifs précaires subissant les aléas du tourisme balnéaire et l'arrivé de demandeurs d'emploi de régions voisines (Figure 2). De plus, On constate que les actifs, en activité sur le littoral, alternent des contrats courts : les taux de chômage sont plus nombreux qu'ailleurs. L'activité saisonnière liée au tourisme est l'une des principales raisons. A cela s'ajoute de fortes inégalités des revenus plus particulièrement marquées dans la communauté de commune des Olonnes.

Figure 1 : Le territoire de Vendée-Ouest
(INSEE 6)

Figure 2 : La population de la zone d'étude
(INSEE 8
)

Ces thèmes sont détaillés dans les sous-parties suivantes :

La Démographie

Démographie

1. Le secteur d'étude : la vendée

Figure 1 : L'évolution de la population vendéenne
(INSEE 1
)

Selon les données de l'INSEE, la population totale du département vendéen est de 626 411 habitants en 2009 : la densité moyenne est évaluée à 93.2 hab/km2. En près de 40 ans, la Vendée a connut une augmentation de sa population d'environ 23%. Il s'agit d'un département connaissant une attractivité croissante : Il est considéré au premier rang de la région Pays de la Loire et au quatrième rang national.

Ce département présente une natalité dynamique ainsi qu'une arrivée massive de nouveaux habitants provenant de départements limitrophes (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Charente-Maritime, Deux-Sèvres) et de la région parisienne. L'une des raisons de cet engouement est la proximité de la mer. En effet, c'est au niveau du littoral de la Vendée que se concentre les populations provocant alors une urbanisation en croissance.

De plus, la région se caractérise ainsi par une population occasionnelle : en Pays de la Loire, la quantité de logements occasionnels de plein air représente 9% de la capacité nationale. Les logements secondaires et occasionnels représentent 38.2% de l'ensemble des logements du département. La majorité d'entre eux se localisent au niveau du littoral : prés de 94 872 résidences secondaires y sont dénombrés. D'après l'INSEE, les communes de  Saint Jean de Mont et de Notre Dame de Monts regroupent 87% du total des logements secondaires

Figure 2 : Les résidences secondaires sur le littoral de la Vendée
(DOCOB 2
)

Figure 3 : L'évolution des résidences secondaires et logements secondaires depuis 1968
(INSEE 1
)

D'ici 2040, 240 000 habitants supplémentaires sont envisagés en Vendée comptant ainsi 840 000 habitants, selon l'INSEE. En effet, l'institut estime 7 000 habitants supplémentaires en moyenne chaque année : le département serait le 9e département français connaissant une forte croissance de sa population due principalement par les migrations. Ce phénomène s'accompagnerait d'un vieillissement de la population. L'INSEE a également constaté que les population âgées de plus de 30 étaient plus attirées par la Vendée : le nombre de migrations des jeunes retraités est important contrairement à celle des jeunes de 20 à 24 ans. Cette tranche d'âge de la population est plus attirée par la capitale régionale : les jeunes vendéens y réalisent généralement leurs études supérieures. 3

2. La zone d'étude : la forêt de Monts

Plusieurs communes bordent le Forêt Domaniale des Pays de Monts. Trois d'entres elles se distinguent par leur urbanisation et leur densité de population : Saint-Jean-de-Monts, La-Barre-de-Monts et Notre-Dame-de-Monts (Figure 4) . Elles regroupent 3.1% de la population vendéenne totale en 2009.

Figure 4 : La population de la zone d'étude
(INSEE 4
)

La pression foncière s'exerce fortement sur le site et sur sa périphérie. Elle est causée notamment par la pression touristique : elle se concentre sur le littoral et le cordon dunaire. Un indicateur de cette pression est la capacité d'accueil des touristes. Saint-Jean-De-Monts est un bon exemple du développement des infrastructures d'accueil offrant un total de 115 000 lits (Tableau 1).

Tableau 1 : Nombres de lits d'accueil sur la commune de Saint-Jean-De-Monts.
(DOCOB 2)

Type d'infrastructures d'accueil Nombre de lits disponibles
résidences secondaires 71 300
hôtellerie plein air 36 800
résidences touristiques 3 450
centre de vacances 2 300
hôtels 1 150
TOTAL 115 000

De plus, 170 campings autorisés sont recensés sur l'espace Natura 2000 de la Vendée occupant une surface de 590 ha. 45% des campings sont répartis sur les communes Saint-Jean-de-Monts, La-Barre-de-Monts et Notre-Dame-de-Monts2. Saint-Jean-de-Mont déclare 53 campings : cette commune est la 2e commune à l'échelle nationale en terme de capacité d'accueil (campings, résidences secondaires...) 5. Un cinquième de la capacité d’accueil de l’hôtellerie de plein air ligérienne est concentrée sur Saint-Jean de- Monts 2.

Figure 5 : Les campings autorisés à proximité de la zone d'étude
(DOCOB 2
)

Le zone d'étude est un espace dynamique caractérisée par sa capacité d'accueil et la pression touristique.

Pauvreté et Précacité

Pauvreté et précarité en Vendée-Ouest

D'un point de vu nationale, la pauvreté en Vendée est moins fréquente qu'ailleurs. Cependant, les inégalités subsistent au sein même du département.

Figure 1 : La pauvreté et la précarité en Vendée-Ouest
(INSEE 7
)

Le territoire de la Vendée-Ouest présente une position favorable au point de vu de la précarité. L'INSEE mesure la pauvreté et la précarité via des indicateurs. Ils sont en moyenne inférieur pour ce territoire à ceux obtenus pour le département. Sur les quatre territoires représentant la Vendée, Vendée-Ouest se trouve en troisième position tant pour les ménages à bas revenus que pour les ménages dépendant des prestations sociales ou bénéficiaires de minima sociaux. Les cantons les plus touchés par une précarité élevée sont (Figure 2) :

  • les Sables d'Olonne  du fait d'un nombre élevé de familles monoparentales et de bénéficiares du RMI. En effet, le territoire contient 37% des bénéficiaires du RMI en Vendée se plaçant en première position (sur quatre). Les Sables d'Olonne et les cantons littoraux dénombrent 1460 bénéficiaires
  • Palluau car ce canton est constitué d'une population de retraités moins favorisée.

Figure 2 : La pauvreté et la précarité en Vendée-Ouest
(INSEE 6)

En conclusion, la précarité se localise plus au sud. La zone de l'étude est plutôt préservée.

Le Chômage

Un chômage élevé

1. La zone de la Vendée-Ouest

Sur le territoire de la Vendée-Ouest, le contexte de l'emploi est globalement favorable bien que les études menées par l'INSEE ont révélé une situation en terme d'emploi et d'insertion présentant des aspects négatifs. Depuis les années 1986, l'emploi salarié connaît des hausses conséquentes, supérieures aux moyennes régionales et nationales. En Parallèle certaines communes du territoire telles que les Sables-d'Olonne et Challans sont touchées par un chômage élevé et récurrent. En 2003, parmi les quatre territoire vendéen, celui de la Vendée-Ouest se trouve en première position tant pour le niveau de l'ensemble du chômage que pour le chômage de longue durée ou le chômage des jeunes. Ce constat s'explique par la précarité liée à l'activité touristique de type balnéaire.La deuxième explication envisagée est une demande d'emploi croissante par des populations de d'autres régions qui migrent vers la Vendée.

Le graphique, illustré en Figure 1, représente l'évolution du taux de chômage en Vendée depuis 2002. Il atteint son maximum en 2009 avec 8.7%, la situation en 2012 semble être similaire d'après les estimations de l'INSEE6 . Concernant le 2ème trimestre 2012, l'OESTV7 annonce un taux de chômage de  8.1% de la population active.
De plus, les chiffres de Pôle Emploi indique une hausse de 12.6% des demandeurs d'emploi en Vendée pour l'année 2012 : soit 24 491 demandeurs en fin septembre 20127 .

Figure 1 : L'évolution du taux de chômage de 2002 à 2012
(INSEE 1
)

2. La zone d'étude

Les trois communes, Saint-Jean-de-Monts, La-Barre-de-Monts et Notre-Dame-de-Monts, sont victimes d'un taux de chômage supérieur à celui de la moyenne départementale (Figue 9).

Figure 2 : Le chômage de la zone d'étude
(INSEE 4
)

Ce constat s'explique par la précarité liée à l'activité touristique de type balnéaire.La deuxième explication envisagée est une demande d'emploi croissante par des populations de d'autres régions qui migrent vers la Vendée.

Bibliographie

Bibliographie

1 INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economique, Evolution et Structure de la population, Chiffres clés en Vendée.
Disponible sur < http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/default.asp?page=statistiques-lo... >, Mis à jour le 28 juin 2012
Consulté le 20/02/2013

 2 DOCOB FR 5212009 (ZPS), Document d'objectifs Natura 2000 du site Marais Breton, Baie de Bourgneuf, Ile de Noirmoutier et Forêt de Monts, Portail du Système d'information documentaire de l'environnement, 2010.

3 INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economique, Vendée : 240 000 habitants supplémentaires d'ici 2040,
Vincent BONNEFOY et Nicole GICQUAUD, 2010
Disponible sur <
http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=16922#source >
Consulté le 20/02/2013

4 INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economique, Commune de Notre-Dame-de-Monts, Commune de la Barre-de-Monts, Commune de Saint-Jean-de-Monts
Disponible sur < http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/esl/comparateur.asp?codgeo=COM-8... >
Consulté le 20/02/2013

5 ACTeon/ EcoVia, Amélioration des connaissances sur les fonctions et usages des zones humides : évaluation économique sur des sites tests, Le cas des Marais Bretons
Disponible sur < http://www.eau-loire-bretagne.fr/espace_documentaire/documents_en_ligne/guides_zones_humides/ZH_3F_Marais_breton.pdf >
Consulté le 21/02/2013

6 INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economique, Vendée-Ouest
Disponible sur < http://www.insee.fr/fr/insee_regions/pays-de-la-loire/themes/dossiers/do... >
Consulté le 24/02/2013

OESTV : Observatoire Économique Social et Territorial de la Vendée, Fil infos conjoncture vendéenne.
< http://www.oestv.fr >
Consulté le 15/02/2013

8 INSEE : Institut National de la Statistique et des Etudes Economique, Observation sociale des territoires de la Vendée, Cahier départemental - décembre 2011
Disponible sur < http://www.insee.fr/fr/insee_regions/pays-de-la-loire/themes/infostat/is434/cahier_d%C3%A9partemental_85.pdf
>
Consulté le 24/02/2013