3. Milieu Naturel

 

3. Milieu naturel

 

a) Zones ZNIEFF

L’inventaire des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) a été conçu en 1982 comme un outil d’amélioration des connaissances sur le patrimoine naturel. Cet inventaire a pour objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation. Il est accessible à tous et consultable avant tout projet afin d’éviter que certains enjeux environnementaux ne soient révélés trop tardivement, il permet ainsi une meilleure prévision des incidences des aménagements et des nécessités de protection de certains espaces fragiles.

On distingue 2 types de ZNIEFF (I et II)

·         les ZNIEFF de type I : secteurs de grand intérêt biologique ou écologique ;

·         les ZNIEFF de type II : grands ensembles naturels riches et peu modifiés, offrant des potentialités biologiques importantes.

Carte : localisation des zones ZNIEFF et Natura 2000

On peut voir sur la carte ci dessus que notre zone d'étude  se situe dans la zone de type ZNIEFF II, présentant des enjeux moins forts que le type I. Nous ne sommes pas dans une zone Natura 2000. Des projets ou des aménagements peuvent y être autorisés à condition qu’ils ne modifient ni ne détruisent les milieux contenant des espèces protégées. Nous allons voir par la suite les espèces potentiellement présentes dans le milieu.

 

b) Végétation

La Cerdagne se situe dans la partie basse de l'étage montagnard caractérisé dans les Pyrénées par la forêt de Pin à crochet. Une étude ZNIEFF (Zone Naturelle d'Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique) a été effectuée dans la zone des " Collines d'Estavar et Saillagouse " Elle se situe sur les reliefs nord de la plaine de Cerdagne adossés au massif du Carlit. Elle s'étend sur 891 hectares et concerne trois communes (Estavar, Font-Romeu-Odeillo-Via et Saillagouse). Elle résume que la région étudiée est constituée principalement de pelouses et prairies. Elle montre que le tissu urbain ne représente que 4 ha de la zone ZNIEFF et seulement 1 ha est occupé par des zones commerciales et industrielles. Les prairies occupent 32 % de la zone ainsi que les landes 32 % également.  Les forêts de conifères et de feuillus ainsi que la végétation arbustive en mutation représentent 21 % de la zone.

En ce qui concerne les plantes, le tableau ci-dessous recense celles trouvées dans la commune d'Estavar :

Tableau recensant les plantes de la commune d'Estavar

 

c) Espèces potentiellement présentes

Le tableau ci-dessous recense les espèces potentiellement présentes dans la commune d'Estavar. 

 

Source : INPN                                                                          Espèces recensées dans la commune d'Estavar 

En vert les espèces menacées selon la Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe (Convention de Berne, signée le 19 septembre 1979)

* Arrêté ministériel du 26 juin 1987 fixant la liste des espèces de gibier dont la chasse est autorisée

** Arrêté interministériel du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l'ensemble du territoire  et les modalités de leur protection (modif. arrêté du 15 septembre 2012)

Espèces menacées : NT (Quasi menacée)  LC (Préoccupation mineure)

 

d) Faune piscicole

(données provenant du rapport d’Emma Cizabuiroz -Réalisation d’un schéma de restauration de la continuité écologique, Bassin versant du Sègre en Cerdagne)

Une étude génétique des populations de la réserve naturelle d’Eyne a été effectuée au niveau du bassin du Sègre. Les résultats sont à manier avec précautions car une fois de plus pas forcément extrapolables à notre zone mais permettent également de prendre connaissance des espèces présentes de la région. Cinq souches différentes ont été trouvées :

- une souche locale de tête de cours d’eau : la souche méditerranéenne Eynoise,

- quatre souches domestiques de piscicultures, introduites par alevinage :

  • Une souche méditerranéenne Carança, du nom de l’affluent de la Têt (pisciculture de Sahorre) ;
  • Une souche méditerranéenne Roquebillière (pisciculture Roquebillière) dans les Alpes maritimes;
  • Des souches atlantiques Cauterets et quelques formes de l’Ebre (Pisciculture Cauterets) ;
  • Des souches atlantiques domestiques issues de piscicultures classiques

Puisqu’il existe une souche locale de tête de cours d’eau sur l’Eyne, il est très probable que cette même souche se retrouve sur les têtes des cours d’eau voisins (Sègre en amont de Llo, Err en amont d’Err…).

La SOGREAH bureau d’étude ayant réalisé le rapport « Étude de détermination des volumes prélevables Bassin versant du Sègre » indique une détérioration du peuplement piscicole en 2010 qui est alors classée comme moyenne, alors qu’elle était classée en Bon état en 2008 et 2009. Une espèce principale du bassin versant du Sègre est la truite Fario. Son état fonctionnel est classé comme altéré selon le rapport «  plan de gestion piscicole et halieutique des Pyrénées orientales » réalisé par la Fédération des P.O.  pour la pêche et la protection des milieux aquatiques. L’origine des altérations serait que la libre circulation n’est  pas assurée en raison de nombreux obstacles difficilement voire non franchissables.