Binôme 3 : Scénarios d'aménagement du Vair

Pierric Balland et Olivier Lépine



  

  Cette étude s'inscrit dans le cadre d'une étude globale de lutte contre les inondations du bassin versant de la Meuse amont menée par le Bureau d'étude Génivar. A ce titre, nous tenons à remercier Remi LABEDADE et Cécile LLOVEL pour nous avoir permis de nous investir sur ce projet et pour le soutien qu'ils nous ont apportés.

      Nous profitons également de l'occasion pour remercier Jacques CHORDA et Ludovic CASSAN de l'IMFT pour leurs conseils, ainsi que l'ensemble du corps enseignant encandrants du BEI.

Cette étude hydraulique se décompose en trois partie:

  • La construction d'un modèle hydraulique sous HEC RAS,
  • L'étude du fonctionnement hydraulique du Vair à Harchéchamp en période de crue,
  • L'étude de propositions d'aménagement visant à diminuer le risque d'inondabilité des habitations à Harchéchamp.

Partie I : Préparation de l'étude

Rappel du contexte et des objectifs de l'étude hydraulique

Contexte

Cette étude hydraulique s'inscrit dans le cadre d'un projet global d'aménagement et de gestion du bassin versant amont de la Meuse, conduit par l'Etablissement Public Aménagement de la Meuse Amont (EPAMA). Cette étude actuellement en cours est réalisée par le bureau d'études Genivar. Elle fait suite à une étude préliminaire qui a permis de dégager deux grands axes de réflexion visant à réduire les risques d'inondation : 

  • l'aménagement du bassin versant (aménagement de zone d'expansion de crue, restauration des milieux annexes...),
  • l'amélioration des conditions d'écoulements sur les zones urbanisées sensibles, dont la commune d'Harchéchamp et dans laquelle s'inscrit la présente étude hydraulique.

Dans ce cadre, l'analyse de l'impact du seuil et du pont sur la ligne d'eau au niveau du village, constitue un point de départ pour mener une réflexion sur les améliorations possibles des conditions d'écoulements visant à diminuer les risques d'inondations.

Cette approche n'est toutefois pas exhaustive et d'autres solutions d'aménagement seront étudiées afin de disposer d'un choix.

Les autres enjeux liés aux aménagements du Vair à Harchéchamp sont : 

  • le coût estimé des travaux,
  • l'impact paysager,
  • l'impact environnemental.

​​



 

Présentation du tronçon étudié

Le tronçon étudié, d'une longueur de 900m est situé dans le village d'Harchéchamp. Le Vair,  d'une largeur moyenne du lit mineur de 12 m comporte plusieurs ouvrages transversaux :

  • une passerelle en amont du village,
  • un seuil,
  • un pont en aval du village.

 Le Vair est bordé en rive droite par le village d'Harchéchamp et en rive gauche par des prairies qui constituent la principale zone d'expansion des crues. Le cours d'eau est caractérisé par une pente moyenne faible de l'ordre de 6.10-4 m/m.

 

Figure 3.1 : Vue d'ensemble de la zone d'étude. Source : Google Maps



 

Description des ouvrages 

  • La passerelle

La passerelle est située dans le village sur la partie amont du tronçon. Elle est constituée de 9 piles maçonnées qui limitent l'obstruction du lit majeur bien que les écoulements puissent rentrer en charge pour des débits de crue qui seront déterminés ultérieurement.

Figure 3.2 : Vue de la passerelle. Source : Genivar

  • Le seuil

Le seuil situé à l'aval du village est équipé d'un vannage en rive gauche. La hauteur de la vanne est fixe.

Figure 3.3 : Vue amont de la partie gauche du seuil. Source : Genivar

 

Figure 3.4 : Vue amont de la partie droite du seuil. Source : Genivar

  • Le pont

Le pont situé à l'aval du tronçon est de type trapézoïdal. Il est constitué d'une pile centrale et d'une levée (talus routier) sur la totalité du lit majeur.

Figure 3.5 : Vue amont du pont. Source : Genivar



 

Objectifs

L'objectif principal est de donner la possibilité d'évaluer l'efficacité des aménagements envisagés sur la base des critères suivants :

  • fréquence d'inondation
  • diminution de la ligne d'eau par rapport à la situation actuelle
  • coût estimatif des travaux d'aménagement
  • impact paysager
  • impact environnemental

Il sera ainsi étudié l'influence des ouvrages transversaux (passerelle, seuil et pont) sur les risques d'inondabilité puis l'efficacité de propositions techniques visant à améliorer les capacités hydrauliques et à abaisser la ligne d'eau dans les zones habitées.

Les variables étudiées sont les débits du Vair et la hauteur de la ligne d'eau au niveau d'Harchéchamp. L'intensité des débits seront exprimés pour une meilleure compréhension en terme de temps de retour de crue.

Inventaire critique et traitements des données

Afin de réaliser la modélisation hydraulique, trois types de données sont nécessaires :

  • des donnes hydrauliques permettant d'une part de construire le modèle (calage et validation) et celles concernant les débits de projet,
  • des données topographiques destinées aux calculs hydrauliques,
  • des données cartographiques permettant l'exploitation et la restitution des résultats.

 

Le bureau d'étude Genivar a fourni une certaine quantité de données brutes. Ces données ont alors fait l'objet :

  • d'une analyse afin d'en extraire les données réellement exploitables,
  • d'un traitement permettant d'être exploitées par les outils informatiques à notre disposition.

Enfin ces données ont été complétées par les résultats obtenus par le Binome 1 en charge de l'étude hydrologique.

Données disponibles

Données hydrauliques

Les données hydrauliques concernent les hauteurs d'eau et les débits nécessaires pour les calculs hydrauliques. Il y a besoin :

  • des données nécessaires à la construction du modèle qui se fait d'abord par un calage puis par une validation,
  • des données destinées à l'étude du comportement hydraulique du Vair (débits de projet).

 

Pour les données altimétriques, nous disposons :

  • De photographies prises lors de différentes crues (1995, 1996, 2001, 2006, 2011 et 2013). Pour ces données, nous ne disposons que très rarement de la date et de l'heure auxquelles les photographies ont été prises. 
  • De deux laisses de crues pour le pic de crue de l'événement de décembre 2011,
  • De la cote de la ligne d'eau sur l'ensemble du tronçon pour des débits d'étiages (23 juillet 2012),
  • De quelques points de levé de la ligne d'eau pris par le bureau d'études Hydratec le 24 avril 2007.

Concernant les débits, qui ont fait l'objet d'une étude de la part du Binome 1, nous disposons :

  • de chroniques de débits ramenés à Harchéchamp pour différents événements de crues (2011 et 2013) et des débits moyens journaliers pour les événements liés à de faibles débits,
  • des données sur deux stations de jaugeage situées à Belmont-sur-Vair (amont d'Harchéchamp) et à Soulosses-sous-Saint-Elophe (aval d'Harchéchamp). Les données issues de ces stations ont permis de définir les débits de projets à Harchéchamp.

Le tableau ci dessous synthétise l'ensemble des données hydrauliques disponibles :

Tableau 3.1 : Synthèse des données hydrauliques disponibles

Dates des mesures Débits

Données altimétriques

de la ligne d'eau

1995 Débits journaliers moyens Photos datées - non horodatées
1996 Débits journaliers moyens Photos datées - non horodatées
2001 Débits horaires Photo datées - non horodatées
2006 Débits journaliers moyens Photos datées- non horodatées
24 avril 2007 Débits journaliers moyens Levés altimétriques datés des lignes d'eau au niveau des ouvrages
27 novembre 2011 Débits horaires

Photos aériennes datées - horodatées,

Laisses de crues

23/24 juillet 2012 Débits journaliers moyens Levé altimétrique de la ligne d'eau
 2013 Débits horaires (non officiels) Photos aériennes datées - horodatées

Enfin, à noter qu'il n'existe ni courbe de tarage, ni de section de contrôle exploitable permettant de définir les conditions de limites nécessaires aux calculs hydrauliques sur le tronçon.

 

Données topographiques

Plusieurs sources de données acquises au cours d'études préalables sont disponibles :

  • Un modèle numérique de terrain réalisé dans le cadre de l'étude globale de la Meuse amont et couvrant l'ensemble du lit majeur du Vair (format TIN),
  • Une série de profils en travers pour chacun des trois ouvrages transversaux et comprenant une description détaillée des ouvrages, réalisée par le bureau d'étude Genivar en juillet 2012 (format Autocad),
  • Quatre profils en travers réalisés par le bureau d'étude Hydratec au cours d'une étude en avril 2007 (format Image).

 

Ces données sont géo-referencées ou positionnées sur un fond de plan dans le système de projection CC48, soit Lambert 93. Les données altimétriques sont levées dans le système de nivellement de la France (NGF).

Un premier travail d'analyse de ces données à permis de mettre en évidence des écarts importants allant jusqu'à 0,8 m  entres les données topographiques des profils en travers et celles du modèle numérique de terrain.

Données cartographiques

Nous disposons d'une photo satellite provenant du service Google Maps ainsi que de plusieurs photos satellites provenant du service Géoportail de qualité supérieure mais nécessitant d'être reconstituées et assemblées pour couvrir la totalité de la zone d'étude. La figure ci-dessous est un extrait du plan rassemblant les données topographiques de manière géoréférencée, projetées sur un fond de carte qui a également fait l'objet d'un géoréférencement. Le traitement SIG (système d'information géographique) a été exécuté avec le logiciel ArcGis.

On peut y voir la localisation des levées topographiques des lits mineurs et majeurs ainsi que des ouvrages réalisées par Genivar en aval du village, et quelques exemples de vue en travers de ces levées.

Figure 3.6 : Localisation des levées topographiques en aval du village. Sources avant superposition : Geoportail, Genivar.

Données exploitées

Données hydrauliques exploitées

Les données hydrauliques retenues pour le calage et la validation du modèle sont celles pour lesquelles nous disposons d'informations permettant de reconstituer en totalité ou partie la ligne d'eau et/ou les surfaces inondées. Elles sont présentées dans le tableau ci dessous :

Tableau 3.2 : Synthèse des données hydrauliques exploitées
 
Date des mesures

Type de données de débits

Valeur des débits (m3/s) Données altimétriques de la ligne d'eau Origine des données

23/04/2007

Débits journaliers 1.35 Levées de la ligne d'eau sur les ouvrages Etude Hydratec

17/12/2011 à 11h

 

Débit horaire à Belmont et Soulosses 91 Photos aériennes et laisses de crues Etude Genivar
23-24/07/2012 (étiage) Débits journaliers 0.33 Levées des lignes d'eau 

Etude Genivar

 

03/02/2013 à 09h Débit horaire à Belmont et Soulosses 85 Photos au sol Vigicrues, binômes 1 et 2
 

Pour les débits de projet, nous utiliserons les débits calculés par le binôme 1 et rappelés ci dessous.

Figure 3.7 : Courbe de fréquence des débits journaliers maximums annuels sur 41 ans

Nous en choisissons quatre : Q10, Q25, Q50, Q100. Ils sont définis comme suit :

QT est le débit de la crue qui, en moyenne, est observée tous les T ans. Ainsi, une crue de débit 94 m3/s au niveau d'Harchéchamp a été en moyenne observée une fois tous les dix ans. A noter qu'il s'agit de résultats statistiques et non prédictifs.

 

Crue de période de retour : Débit (m3/s) et intervalle de confiance

Tableau 3.3 : Débits projet du Vair à Harchéchamp

10 ans 94 [81,119]
25 ans 114 [96, 147]
50 ans 129 [108,168]
100 ans 143 [119, 189]

 



 

Données topographiques

Le choix a été fait de s'appuyer principalement sur les données issues des profils en travers qui sont beaucoup plus précises que le modèle numérique de terrain. Cependant, ces profils en travers ne couvrant pas la totalité de la zone inondable doivent être complétés avec des points du modèle numérique de terrain.

Figure 3.8 : Visualisation sous Matlab du modèle numérique de terrain et des levés à Harchéchamp et aux alentours

(cliquer pour agrandir)

 

Pour l'exploitation des résultats présentée en partie III, il a également fallu générer un fichier "terrain" (format .flt) à partir du MNT. Une série de traitements SIG présentée ci-après a été réalisée.

Figure 3.9 : Processus de traitement SIG du MNT

Lors du tracé du profil en long du Vair (la cote du point le plus bas des profils en travers est portée sur l'axe des abscisses curvilignes de la rivière, voir figure ci dessous), certains points sont apparus anormalement bas. Aucune explication physique ne pouvant justifier une discontinuité de la pente aussi importante, un doute est apparu sur la validité des données. Ces profils étant issus de l'étude Hydratec, l'hypothèse d'un problème de calage entre les deux sources de données a été émis. Il a alors été décidé de relever ces profils afin de les caler sur les pentes calculée à partir des profils de Genivar.

Figure 3.10 : Modification de la bathymétrie

Les zones de doute sont situées au niveau du village, en amont et entre les deux zones de levés topographiques de Genivar. Le fait de ne pas s'appuyer sur le profil Hydratec et d'utiliser une bathymétrie modifiée est discutable. Un levé contradictoire dans cette zone apporterait assez d'information pour confirmer ou infirmer l'hypothèse faite ci-dessus.

Figure 3.11 : Évolution de la pente du fond



 

Données cartographiques

Le fond de plan reconstitué à partir des images issues du site Géoportail, d'une résolution suffisamment fine pour être exploitable (1 pixel pour 0.8 m), a été retenu.

Partie II : Construction du modèle hydraulique

Choix du modèle

Choix du modèle

Compte tenu de la longueur relativement faible de ce tronçon et du fait que l'on s'intéresse uniquement à l'élévation maximale de la ligne d'eau pour une chronique de débits donnée, la modélisation des écoulements en régime permanent est suffisante.

Il faut toutefois savoir si l'on opte pour un modèle 2D (mis en oeuvre par exemple par le logiciel Telemac 2D) ou un modèle 1D (sous HEC RAS). 

 

Au regard des caractéristiques de la zone d'étude et des variables étudiées (hauteur de la ligne d'eau et débit), l'utilisation d'un modèle 1D est suffisant. En effet, plusieurs observations (voir photos ci-dessous) semblent justifier l'hypothèse d'un écoulement unidirectionnel :

  • l'absence d'affluents et d'ouvrages longitudinaux (digue ou déversoir longitudinal),
  • la présence d'un lit majeur bien marqué et encaissé, ne favorisant pas les écoulements transversaux et ne possédant pas de singularités marquées,
  • un champ d'expansion composé principalement de prairies. 

Les travaux de Horrit & Bates (2002) montre que pour un écoulement rassemblant ces hypothèses, les résultats des simulations 1D du logiciel HEC-RAS, bien que découlant d'une méthode plus simple, sont comparables à ceux de la modélisation 2D donnée par Telemac 2D, à condition de posséder un modèle numérique de terrain de haute résolution.

 

Enfin, il semble indispensable d'implémenter les trois ouvrages en travers du tronçon, tant ils semblent influencer la dynamique du cours d'eau. Telemac n'est pas conçu a priori pour gérer efficacement les ouvrages en travers.

Cette réflexion a mené à l'utilisation d'Hec-Ras (Hydrologic Engineering Centers River Analysis System), plateforme logicielle de simulation hydraulique développée par le Corps des Ingénieurs de l'Armée des États-Unis, qui répond parfaitement aux attentes que nous avons délimitées.

 

Hec-Ras simule une équation d'énergie pour calculer la ligne d'eau entre le profil 2 et 1 :

 

avec, respectivement pour le profil 1 et 2 : 

  • : cote du fond du lit
  • ​Y : hauteur d'eau à la section
  • a :  coefficient de pondération de la vitesse
  • V : vitesse moyennée sur la section
  • g : accélération de la pesanteur
  • he : perte de charge

​​​La figure ci-dessous illustre l'apport de chaque terme de l'équation.

Figure 3.12 : Représentation des termes de l'équation d'énergie simulée par Hec-Ras. Source : Hec-Ras Hydraulic Reference Guide

Les pertes de charges estimées proviennent des effets de frottement et de contraction/expansion du cours d'eau. La paramétrisation de Manning-Strickler est utilisée pour le frottement.

Au niveau des ouvrages, Hec-Ras propose le choix des équations utilisées pour la modélisation de l'écoulement. Ainsi, plusieurs équations de seuil sont disponibles, tout comme les équations qui décrivent l'effet des piles de pont. Ce point est développé dans la partie consacrée au calage du modèle.

 

Géométrie et conditions limites

Réalisation de la géométrie

La réalisation de la géométrie est composé de l'implémentation :

  • des profils en travers représentatifs du Vair
  • des différents ouvrages transversaux (passerelle, seuil et pont)

Implémentation des profils en travers :

Compte tenu du fait que nous disposions de trois sources de données pour la réalisation de ces profils, cette tâche a consisté à homogénéiser ces données sous un même format au moyen du logiciel ArcGis. L'ensemble des profils disponibles a ainsi pu être traduit sous la forme d'un fichier .xyz importable sous Hec-Ras, en utilisant les fonctions de géoréférencement du logiciel. 

Ces profils ont ensuite été complétés en ajoutant des points manuellement, issus du modèle numérique de terrain afin de couvrir la totalité de la zone inondable. D'autres profils ont été interpolés linéairement en respectant une distance maximale de 20m entre chacun, à partir des profils mesurés, pour compléter la géométrie.

Figure 3.13 : Implémentation des profils en travers mesurés et interpolés

Implémentation des ouvrages :

Les ouvrages en travers (passerelle, seuil et pont) ont été caractérisés sous Hec-Ras à partir des documents techniques disponibles. 

  • La passerelle​

​Elle repose sur 9 piles de forme ovale. La perte de charge qu'elles ocasionnent a été paramétrée lors du calage.

Figure 3.14 : Profil de la passerelle implémenté sous Hec-Ras

  • Le seuil

Le seuil est composé d'un ouvrage maçonné assez irrégulier et assimilable à un seuil épais équipé d'une vanne mince fixe calée à la cote NGF 294,13 m.

Figure 3.15 : Profil du seuil implémenté sous Hec-Ras

 

  • Le pont 

Figure 3.16 : Profil du pont implémenté sous Hec-Ras

Afin de prendre en compte les effets de contraction et d'expansion liés aux effets des talus routiers, le manuel d'utilisation préconise l'utilisation de deux profils en travers en amont et deux en aval du pont à des distances spécifiques, comme décrit sur la figure ci-dessous.

Figure 3.17 : Placement des profils en amont en en aval du pont. Source : Hec-Ras User Guide

 

Deux d'entre eux doivent être situé en amont et en aval immédiat de l'emprise du pont. Les deux autres profils sont implantés à des distances qui sont déterminées en fonction:

  • de la largeur de la section d'écoulement sous le pont (19,50 m) et de la largeur  de la plaine inondable (90 m),
  • des coefficients de Strickler du lit mineur (environ 25 m1/3.s-1) et de la plaine inondable (entre 10 et 15 m1/3​.s-1) - ces valeurs utilisées sont issues de la littérature et feront l'objet d'un calage plus fin dans la suite de l'étude-,
  • de la pente locale du fond (6.10-4 m/m).

A partir de la méthodologie de détermination des distances entre le pont et le profil aval à prendre en considération, la distances de 70 m a été retenue. Concernant le profil amont la distance préconisée peut être estimée à une fois la largeur de la section d'écoulement soit environ 20 m.

 



 

Conditions aux limites 

Sous l'hypothèse d'écoulement fluvial, les conditions limites imposées pour la résolution du calcul hydraulique sont :

  • un débit en entrée,
  • une hauteur imposée en aval.

Pour les conditions en entrée, les débits disponibles ont été présentés dans la partie I.

Pour les conditions aux limites aval, il n'existe pas de section de contrôle en aval du site permettant d'établir une courbe de tarage fiable en dehors de la station de jaugeage de Soulosses-sous-Saint-Elophe située à environ 6 km en aval d'Harchéchamp. Ne disposant pas de données suffisantes pour réaliser une géométrie entre Harchéchamp et Soulosse, le choix a été fait d'établir une courbe de tarage en aval du site sous l'hypothèse d'écoulement d'uniforme. Cette hypothèse peut se justifier en particulier par une certaine régularité de la section d'écoulement en aval du pont d'Harchéchamp et par la régularité de la pente du fond, observées sur les données disponibles.

Plusieurs courbes de tarage ont été réalisées en modélisant les écoulements en régime normal sur un tronçon de 600 m en aval immédiat de la zone d'étude et ce pour différentes gammes de coefficients de Strickler couramment utilisés dans la modélisation hydraulique en rivière. On observe sur le graphique ci-dessous une sensibilité assez importante des résultats à la variation des coefficients de Strickler, pouvant générer une variation de la hauteur d'eau en amont jusqu'à 0.5m pour un débit centennal.

Figure 3.18 : Courbe de tarage construite en aval du tronçon  Telemac sous #39;hypothèse d'un écoulement en avalrs/pont-fEn style="font-size:11px;">Figure if;">Donn&ea,s new roman,timem-size: stylf;"ely:tsutilisées pour la mododélisant les sutilisédiat de la zone,;impl&eacut,serif;">Plusieurs courbes de tarage ontavattions limites imà 0.5m pote;cifiquen d&e (ue de débit) d'&eals des In> : &nde coeffic dis5c&eacStrickler&nondabeacute;sence eacutsimes,seédil;on etn&ea,s new roman,timem-size: ely:tsiques dsp;lserif;">avn s&#ntimesutilissp;une hauteur impe;coulemest ut tant ils hypothèses, leaman,times,serhab;">Pours.te;solution.

 >

) et pont impl&éris&eahniquesOfonterils, &eacut Telemac&ofilsn de &eacutTelemau ponanuellement, issusolution du ca ligne effet, plusles données diement en avalrs/pont-fEn style="font-size:11prif;">Choix du modserelle​ < pan>

Cirs &eacut&eacvmes,seave;rievicute;poneacutn entr&eacunoyan>impl&&e:ute;es diement en avalrs/pont-fEn style -fE

    <4 roman,time="color:#0000CD;"> <3 pan>

    <3 pan>

    : &n5 : Pcute;bit ement en avalrs/pont-fE

      <3 pan>

      <3 pan>

      ​Y

       

      < pan>

      : &n5 : Pent utiuscane &uixe cal&&n5 : Penevicutet&eacunt des noyan>impl&,te;termin&eae;rer une varia impophiqformat aue: 14bjet d&capil s,te;tcaurs ésurés, pdes noyan>impl& (oucute;re/st,serif;">Lute;re)e G&eacusavor la ligne ;coulant d'un proute;basen travers est port&cute;quation d&#lutde sectutedils ligne es termes de l &eacutacute;bit ement en avalrs/pont-fE

        Plupx;">f d'un ote he apporterait assezsutilissprif;size:nbsp;cx;">ulliser une g&eedicients de Strd'&be">Lesés que nous agése; un nbsp;Ris coefficients &nentr&eacut&eaacute;bit ement en avalrs/pont-fE

          impl&&eat utIl fauprif;"e ci-dessre et feront l&a>.s-rages en tronamp e;sieacutapproils,t&etbierifd. Lavalr la rém,tiemcute(ute;reMomcutumute;re)s&eacuées pouilsn ion/ndiaces sutilis;es (hauteur deteLion des termes de l&#reaveeren mod pente aussiCompte tsutiliave; une 6'&1),e ce1,39tes imposElle;couleme(nezdtniacute;"e c&eacu l&angune di30°e fixe cal60°e)te;tst-size: 14px; prendre ute;p gce :&eacuions de géor&eaielle de simula'utilis.imites 

            Levées dcute;canne minmde &es topogrilors &eacissadias (ha numéro012cute;es suffisantes poletrée lors ement en avalrs/pont-fE

              : &nrave; 0.5m potee1,75tes imposdansrave;porta&eacutut être estim&emilablee; d&t des piles de pont.>

              Figu;es cartographiq392pxx;;" />

              < 500px;;" />

              < 500px;;" />

              4,3%s aux limites&nb392px;" />< 500px;;" />

              < pan>

                  Figu;es cartographiq392pxx;;" />

                  < 500px;;" />

                  < 500px;;" />

                  < pan>

                  Levées dc#39;énesecalcuprofils en travente du fond, obseenue. Coeacuong

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   

                   >

                     

                     

                      Ces profils ont ensuite été r&est utilicStrience e hauppe si ute;p Strickler&l9;&eals des In> : &nde coefficobeacutsjeont beaucoedemte;e pour le frottement.

                        -1 auxishteute;rofiteegte effet, plusaman,times,iron 6 km en aval d',&ea newvimet Telemac&ofilsn dee;rentes gammes de coeffic IIcStrience ouvrages en travers.

                            La r&eacue pour calculer da zone ino t&eaacute;bit ement en avalrs/pont-fE

                              La r&eacue pour calculer,te;ts-dessousuy uteeacute; la formute;reum&eacuute;ree pasete; reteellement, issus du modèle num&eacuhniquesuvrages en travers.

                              Telemac sos, hypothèses, leas &s39;&t, plus1Dcients de ormat auv ,ebien simulathèsaong>ée ;coulant d'-1 ausndis traalculomourserif t Telemac&man,times,tee ;eacute;es pour la m2D,ilorsus pr& : uiliRas-Mapper; Manning-Stricklerles im&csuerifilsn deeashtse;a'tee lae l&. Enbievreshttionci ndisave;le nif;se 600 m eer ene;llement, issus du modèle numéacuions de s pour laaccepssousacute;bit ement en avalrs/pont-fE

                                ée ées pour la isutesousacute;bit ement en avalrs/pont-fE

                                  1/3&eacuhe">Fibacute; aux limiy a"easgassuméthodfinc-Ras &&eacseut se jushydrauliquse-1 auxumpteseacute;es diement en avalrs/pont-fE

                                < pan>

                  >

                  ste;rique denslorsus prte&eacuofils en traveeé pasinuicute; pr&eactimypecute;re/scd&eacsute;re,imypn dud'oyeopx;">satione ,r&ea tracueashte;a'tee lae l&#;eacute;es poucieurs de le;tuddraulique gne effet, plute;ruteade contrsave;lte;veloues dedcute;quippt ioul, o;e peeacute;rer une variaute;a&i sectuipucute; d&#coushte;a'ler ave; ute;tant issusqueiliaved' obseenlamest utle;te jucute; pr&ee en seevu mod&egrafieeacute;ris&eascaobserv>Levées dcaman,times,s9oyeopx;">oman,til;on et rdre deableicutTelemau p;vrages en travers.

                  ;canne minuttopo On obserseacuta seuil et pont) ont39;-1 aunnt beaucoess;"e ctimeso>Comilsn de . Les d pont impl&éris&ea aman,timc,timiif;">Donn&pan>impl& Ondessous une IIcStrience cen st d&sa#39; obseeMNT,rielgont beaucniquesuas &aguteszsutilissphéor&eaition desmedman,su mod&egratmp. Ne disposant pas(e;canne minmttopo On obser d&#MNT).1pxmo,times,see.s

                  impl&&eci-aps clemac s. Hec-Ras User Guide

                  Figu;edèle clabsp;

                   

                   

                   

                   

                  Figusne visesan>impl&&s aux limites 

                  >

                  Poursent utiusvil9;objpeacutimemru sntimesoje .; float: sp;

                  < 500px;;" />

                  < 500px;;" />

                  < 500px;;" />

                  < 500px;;" />

                    Poursesutesouns qution deatione ,r&ea s39oyeopx;". P39;&eeerhab;">Pours,tthimesotrit&eacut se jushydrauliqu d&eaue iséeue r les pen.cute;bit ement esp;

                      c:imites 

                        <2 pan>

                        &s que nous acieurs d oe;velom u,vers>&eacue ino t&ea&l9;&eolumées dx ledil;on &se;potiosqu sntim; overste;tcaursute;tant issuludinaux (in&eae;rer u; oumes,slier et ascrer u; ouPoursenbjpediaserv&eins qutmrsvalere;potps engrbacs,.1vil9;obcute;es diement en avalrs/pont-fE

                      2 pan>

                      stulevron etacc clemac slute;s soul: eProfil&nb.nbsp;

                  <#39oyearit&eacsute;tant issuve;se doman,timedntrée, e mru oe;vresacSbr;objleieatione gausht.niques disponibement en avalrs/pont-fE>

                  >

                   

                  >

                  >

                  ecutiqueçt duoptnt l&bseenuedbe eientsSineur5(environ 25 m1sup>1e; autstlef;si;gul>&eacue gf;">ecus poitrologvud'oye&ntrérespsli&eonclier et ascute;thoderif;tn> : &nfsott>Figuw du trongg ale n&us nuilsn de rr;impl&opCan,ti&us nut&eac,serarr;

                  Figuwut se jusere;s, o decen pb qu&ie;an"foor&eaielle de simulevraue iséefudinaux (us&eaculisraccorder amanounser &. Les. Uc perifdon etadu mod&egnag>Figuwtstlefils en travente du feciseersous.s aux limites&nbi-dessous.

                  impl&jnt-sorttisimos utilicStrience ophiq imue c qu&Figulientstprofils ont ensuite été r&eenacute;thodfincss decen ps poueients cite&eacudde contrans&eae;re0,5%ofils dusa zonen ps poule nraccordeFiguwer um&eacutnaefitl (ous aule n&eacu calculm &isuc,serutemg a)eients c10%&le en aa> : -dessos, o;&eacucientsotco-dessous une ; asum&eacus n cen pn&pan>impl& Ont&eacutysesandrauliqu,tccepssousacute;bit ement en avalrs/pont-fE>

                  aman,times,serhab;">Pours)les im&agcute;thoderifcute;thodfinc (Qinebm10cutebm).s aux limites&nbi-dessous.

                  Poursenre0,2 m:ute;s sou0,4 m:&eaculcalculnofmbeuc,serdntrée, e esoje d.s aux limites&nbi-dep/span>

                  >

                   

                  Figuw eieatione gaushtniquesu(Con dur la lifixendir)imites 

                    &eacue gf;">eculadsombre e&s39;&t, plusaman,t-dessoptntifilsn de . Les dute;s souen areaenaoeuvrsacute;bit ement en avalrs/pont-fE>

                    impl&&eci aps clemac s. Hec-Ras User Guide

                    >

                     

                    < i>

                      :qua> :ute;s soul: esotrit&eac,sieatssatri e; s&eaulisspCourbce l'&eaaciq iguettimesotrit&ea,ls&eaulacu&mbesi>Figuw eiecalculnofmbeuc,sul: e&t,efoogee;eostock;oba Lulsan>impl&oiser une g&ebjlde taraa seuil et pont) ont;eaifedil;on &eetiqueçt due profotute;es sgecuiatssatri ecrer u;ru deftempseeacu&eeacu25 t u,ls&eauaciqne variamaantumeeacu&mbesir calculnvir du1.5 m;vrages en travers.

                      sate c+0,02 m:ers+0,06 m;vrages en travers.

                       

                      stulernserescu mod&egnariosspCoerveulacu&sacSbr;objlIIcStrience cen ione gausht adjs en#39;&eaac m uttimesotrit&ea,lbienbsn> nduam&en d po a#39simaca'tPrimgeaue e;es sacieurs d ofudinaux (us5 :le en sez importam dssmecarac,ave; 0.5ristbsers t utiustil s dce saps clemac sn:s aux limites&nbi-dessous.

                      < 500px;;" />

                      < 500px;;" />

                      < 500px;;" />

                      < 500px;;" />

                      Figuw deatione gaushtemenlevron et,tim;objleiesotrit&eaccoion desmetee lae l&s onaue e;es sacieurs d ;e pente du fe&efinresaandrauliquFigu;vrages en travers.

                      Figuwcalcu:imites 

                      >

                       

                      <#39c an,times,seervant issuveno&iypothèté r&esrs observpss;

                       

                       

                      rgb(0, 0, 205)border-style: solid; font-family: 'times new ro roe peeacutefinresaandrauliqu def;on etadu mod&egnag>Figuw 9;&eaac m uttimesotrit&eas aux limsp;

                      < class="rtejustify">

                      /p>

                        

                       

                      rgb(0, 0, 205)border-style: solid; font-family: 'times new ro roe peeacutefinresaandrauliqu def;a 2pxut&eacmixag:uquot;mriaetIresacSbr;obuquot; Hec-Ras User Guide

                      >

                       

                      < i>
                        <2pt man,times,serif;">

                        Figus ddèle

                        < 500px;;" />

                        < 500px;;" />

                        < 500px;;" />

                        /span>

                        lef:

                        < 500px;;" />

                        < 500px;;" />

                        < 500px;;" />

                      Figut ement ean>

                      adqu def;a o;e aurae lte;yecoio nua pont) ontant issuve ormser. disponibement en avalrs/pont-fE>

                      adqu def;a &iseaenaoeuvrs defZeacs defRhètentgsezDyn) -dil;on &eeee;velobin&ois&eagee3s aux limites 

                      >

                      ="font-size:14px;">="font-size:14px;">

                      ="font-size:14px;">

                      sinu lae l&,niquess aux lilass="rtejustify"> 

                      eaufm;n.s.s aux limites&nbi-d