Géométrie 1

Géométrie 1

         La géométrie 1 est constituée d'un allongement de la digue ouest, ainsi que d'un contre-épi de 50m dans le port. La page,Contre-épis et allongement de la digue ouest, détaille cette géométrie. Comme expliqué précédemment, les caractéristiques hydrodynamiques et sédimentaires sont les mêmes que dans le cas de validation

Hydrodynamique associé à cette géométrie:

Visualisation des courants dans le cas de la géométrie 1 apres 15 jours de simulation environ

Grâce aux vecteurs vitesses on observe clairement la recirculation crée derrière le contre-épi. On s'attend donc à une concentration de sédiments au centre de cette zone. On remarque toutefois des vitesses abhérentes au niveau des bords, qui de part le couplage engendreront sans doute des erreurs sur la morphodynamique.

Résultats de sédimentation après 20 jours de simulation environ (1750000 s) :

Evolution bathymétrique après 20 jours de simulation

Les zones de dépôt sont cohérentes avec les observations faites au niveau courantologique. Il y a un dépot fort au centre de la zone de recirculation derrière le contre-épi (n°7). Cette zone a donc tendance en s'ensabler naturellement. Un dragage important sera nécessaire d'autant plus que cette zone sera une zone de navigation pour atteindre les places à flots.

Le chenal de navigation reste lui également sujet à l'ensablement, notamment au niveau de l'entrée maritime (n°6),  peut-être plus légèrement que dans la situation initiale. Le dragage devra tout de même être effectué regulièrement dans cette zone également.

On reconnait également les zones d'érosion caractéristiques de la situation initiale au niveau des musoirs et du bord du domaine, (n°1-3-4-5 )plus une zone supplémentaire prévisible au bout du contre-épi. (n° 2)

Dynamique hydrosédimentaire:

Animation de la dynamique du transport sédimentaire dans l'avant-port sur les 20 jours simulés

On remarque sur cette animation que la dynamique sédimentaire dans l'avant-port n'atteint pas un état stable sur la durée de la simulation. On peut donc émettre des réserves sur ces résultats. Pour un temps plus long de simulation, les zones de dépots et d'érosion peuvent être différentes. Une perspective à envisager serait de simuler sur un temps plus long, pour observer s'il existe un état stable de la bathymétrie.