3. Aspect construction


    De nombreuses problématiques liées à la construction doivent être prises en compte selon la localisation et le type d'ouvrage. Afin d'éviter les désagréments, il est important de considérer, dès le début, l'aspect construction du projet. Pour cette raison, nous allons nous intéresser au déroulement du chantier et les moyens à employer. 

                                                                 Digue en construction à Sausset-les-Pins, Source: wikhydro


 

    Dans un premier temps, il faut préparer le site en tenant compte de la logistique et du stockage des matériaux mais également des aspects légaux ou encore environnementaux.

   Le lieu et la taille de la zone de stockage dépendront de la capacité de production de la carrière ainsi que du transport sachant que la production demande une plus grande quantité de blocs par jour pour les premières poses, où la structure est encore grossière, puis se ralentie pour la carapace où la précision doit être accrue. Il faut particulièrement faire attention à la pose pour toute la longueur $E$ déterminée en fonction du Run-up et du Run-down de la houle (Voir : Estimation du run-up et run down). En effet, c'est cette partie de la digue qui subit le plus l'action de la houle, elle nécessite alors le meilleur arrangement possible pour parer au mieux les impacts. On remarque un espace possible dans la partie Est du port, proche de la plage, qui faciliterait, par sa proche location, les travaux de construction. Tout en respectant les enjeux environnementaux et visuels pour les plaisanciers, un aménagement pour le stockage des matériaux est envisageable.

                                                         (Source de l'image: Google Map, Carnon)
 

    On définit ensuite de quelle façon s'effectuera le transport et la pose des enrochements. Malgré une construction plus aisée et moins cher par voie terrestre, la largeur du noyau nous limite pour le déplacement des pelles et des tombereaux. En effet, pour que les machines puissent se croiser et se retourner, la largeur minimale du noyau devrait être d'environ 7 à 8m.


 Source : Rock Manual

 

    Or, dans notre cas, le noyau possède une largeur inférieure à 3m. On choisit donc la solution d'une construction par voie maritime avec du matériel embarqué. On doit alors être attentif à la profondeur d'eau, à la houle et aux courants qui sont des contraintes importantes pouvant bloquer la construction. On observe justement une profondeur d'eau au niveau de l'épi relativement faible, on suppose alors que le placement des enrochements à l'aide de barges à déversement autonome est impossible, celles-ci nécessitant une certaine profondeur pour ouvrir leurs clapets.

   On choisit alors, également dans un souci de meilleure stabilité, un déversement contrôlé via des pelles hydrauliques ou des grues sachant que la hauteur de houle ne devra pas dépasser les 0.5m pendant les opérations. Nos simulations précédentes en conditions normales, montrant que l'agitation au niveau du futur épi est inférieure à 0.1m, assurent un déversement sans problèmes.
Avant d'effectuer le déversement, on charge les matériaux sur les barges comme représenté sur le dessin ci-dessous.

 


  Chargement des barges   (Source : Rock Manual
)

 

    On préfère le choix de la pelle hydraulique posée sur une barge plutôt qu'une grue flottante car les conditions de constructions étant peu complexes et la hauteur d'eau faible, une pelle fonctionnera plus rapidement.
Dans le cas de l'extension de la digue, on garde la solution de la mise en oeuvre par voie maritime, la digue étant très longue pour amener les engins jusqu'à la zone de travail. Il faudra néanmoins redoubler d'attention au niveau des conditions météorologiques pour le côté de la digue exposée à la mer. Il est donc préférable que le chantier soit effectué aux alentours des mois d'avril/mai pour avoir un climat optimal sans déborder sur la période touristique.    

 

⇒  On choisit alors le matériel de construction suivant:
Etant donné la taille de nos blocs, une pelle de 25t chargée sur une barge de 200m² est suffisante. La barge pourra stocker 100t et effectuer 3 rotations par jour. Cela nécessitera une équipe de 5 à 6 personnes.

 

                           

                               Barge (Source: Matériel JCB)                                      Pelle hydraulique de 25t  (Source: DBS Offshore)

Les étapes de la construction:

  • Le tout-venant du noyau, posé sur une barge, est déversé à l'aide d'une pelle. Le futur contre-épi, étant situé à l'intérieur de l'avant-port où l'agitation résiduelle est faible en temps normal, permet une maniabilité et précision qui ne sont pas altérées.
     
  • Une fois les pentes des talus bien réglées, on pose la sous-couche avec une pelle hydraulique sur une barge à fond plat comme représenté ci-dessous.                  

           Pelle posant des enrochements (Source : Rock Manual)

  • De la même manière que pour la sous-couche, on construit la butée de pied.
     
  • Enfin, on dépose les enrochements de la carapace.