Paramètres et Hypothèses

1. Paramètres et hypothèses

1.1. Puissance, rendements et capacité de stockage

Le dimensionnement de ce projet de STEP marine a abouti à une puissance installée réversible de 800 MW et une capacité de stockage de 10 GWh  (voir partie dimensionnement). Le rendement en mode turbine est de 90% et en mode pompage de 90% également, pour un rendement global pour le cycle turbinage-pompage de 80%. Ces rendements sont conformes pour une STEP neuve équipée des technologies disponibles (groupes turbine-pompe à vitesse variable).

La constante de temps d’un cycle de turbinage et de pompage sur le volume entier du bassin en tenant compte de ces rendements est d’environ 25h (11h20 de turbinage et 13h40 de pompage). Cette valeur est un peu faible pour envisager un mode d’exploitation hebdomadaire, i.e. une gestion du volume d’eau sur une semaine, avec le week-end uniquement du pompage pour retrouver le niveau maximum le lundi matin.

Ainsi, c’est un mode d'exploitation journalier qui sera adopté avec une possibilité de vider entièrement le bassin sur une journée d’exploitation à la condition de pouvoir recouvrir le volume maximum à la fin de la journée.

1.2.  Durée avant exploitation

Avant l’exploitation de la STEP marine, les démarches administratives, les études et la phase de construction prennent du temps. Cette période est estimée à 10 ans et se décomposent de la manière suivante :

  • 6 ans pour réaliser les études nécessaires, faire la demande et obtenir les permis nécessaires ;
  • 4 ans pour la construction.

Si le projet était démarré dès cette année, la mise en service de la STEP marine serait fixée à l’année 2023. Par ailleurs, cette année devrait correspondre aux besoins du réseau face à la croissance des énergies renouvelables intermittentes (voir partie intégration au réseau).

1.3.  Durée de vie

L’un des avantages d'une STEP marine par rapport à une STEP classique est de ne pas avoir besoin d’un cours d’eau pour fonctionner. Ainsi, une concession ne devrait pas être nécessaire à ce projet. La durée de vie, qui aurait été évaluée à 75 ans (voire moins) dans le cas d’une concession, peut ainsi être évaluée dans le cas d’une STEP marine à 100 ans. Cette durée de 100 ans correspond approximativement à la durée d’exploitation des plus anciens barrages et réservoirs hydroélectriques français. D'ailleurs, cette durée de vie pourrait être réévaluée et allongée selon les retours d’expérience de ces barrages.

Page éditée par Fabien Higounenc et Matthieu Sécher