Cahier des charges du groupe

Contexte général

 

 Illustration de l'état de la pollution de la rivière

(source : http://faslanyc.blogspot.fr/2010/09/argentinas-future-is-very-bright.html)

 

Le MATANZA-RIACHUELO est une rivière d'Argentine se jetant dans l'océan Atlantique au niveau de Buenos Aires. Les industries telles que les usines pétrochimiques et les industries de traitement du cuir ont fait de cette rivière la troisième rivière la plus polluée au monde. Saturée par les métaux lourds, les macro-déchets... tout l'écosystème de cette rivière est en grand danger depuis le début du XIXe siècle. En effet, l'eau sombre asphyxiée dépasse de 50% le seuil autorisé de mercure, arsenic, zinc, plomb et chrome, selon plusieurs organisations écologistes, dont Greenpeace.

Près de 4 millions de personnes vivent sur les berges de cette rivière et les populations les plus pauvres se voient contraintes d'utiliser cette eau au quotidien, faute de mieux.

Devant un tel désarroi, des campagnes sont menées depuis quelques années, notamment pour débarrasser la rivière des macro-déchets. Une nouvelle campagne de réhabilitation est annoncée par le gouvernement et devrait débuter en 2016.

 

Notre projet s'inscrit donc dans le cadre de cet ''appel d'offre'', nous allons en effet tenter de proposer des solutions viables pour limiter la pollution de la rivière et son impact sur les populations.

 

Objectifs de l'étude

 

Bien que l'état de la rivière et des ses alentours soit connu de tous et vivement contesté pas des ONG telles que Greenpeace, il est toujours scandaleux et les populations les plus pauvres en subissent les conséquences quotidiennement (maladies, décès...). Notre projet a pour objectif de proposer des solutions technologiquement, économiquement et socialement viables pour limiter cette pollution et son impact sur les populations.

 

Aussi, nous allons suivre trois grands axes : limiter la pollution à la source avec le contrôle des effluents industriels, limiter les connexions rivière - homme en instaurant des digues, des bassins de rétentions pour éviter les crues etc, et rétablir une continuité écologique à l'aide de la phytoremédiation et du traitement des sédiments.

De manière parallèle, chaque binôme/trinôme s'intéressera au coût des procédés imaginés et à la dimension sociologique des solutions proposées (acceptabilité des populations, etc).

 

Les axes d'étude

 

Avant le commencement des travaux des binômes, une étude préliminaire consistant à établir le diagnostic environnemental de la rivière sera faite conjointement.


  • Axe n°1 : Limitation de la pollution à la source par le contrôle des effluents industriels

Duport Julie, Olivier Adèle, Rainteau Léna

Buenos Aires est la deuxième plus grande ville d'Amérique du Sud (plus de 3 millions d'habitants sans compter les proches banlieues) et compte près de 15000 industries (tanneries, métallurgiesraffineries, fabriques de voitures, usines textiles, usines de production de tabac...). Dès le début de l'industrialisation de la ville, le Riachuelo a donc subi une pollution intense du fait d'un manque de réglementation et de surveillance des usines. On considère que 1500 usines sont responsables de la majeure partie de cette pollution mais si l'on veut diminuer les rejets industriels de polluants il faut d'abord les identifier de façon précise.

Ainsi, notre axe se découpera en plusieurs parties : 

  • Première étape :

- Inventaire des principales industries polluantes à proximité de la rivière et des substances toxiques susceptibles d'être rejetées : présentation des résultats par une cartographie de la zone d'étude (via des SIG par exemple).

- Etat des lieux des actions réalisées à ce jour par l'organisation ACUMAR.

- Étude réglementaire sur les normes de rejets en Argentine.

  • Deuxième étape :

- A partir des projets réalisés et prévus par l’ACUMAR : évaluation des mesures déjà mises en place pour minimiser l'impact des effluents industriels sur l'environnement.

- Études de faisabilité technique et économique pour de nouvelles solutions (procédés propres, gestion des déchets sur site, etc...) envisageables sur le site, en se basant sur les techniques utilisées dans les industries françaises.

  • Troisième étape : Bilan technique et économique, puis comparaison entre les différentes méthodes proposées.

 

Pendant tout notre travail, nous nous efforcerons de prendre contact avec des entreprises ayant travaillé sur ce type de mission ou avec des personnes étudiant de tels sujets.

 


  • Axe n°2 : Limitation d'une repollution de la rivière par les éléments contaminés

Brouxel Audrey, ​​Fernandez Amaya et Guerber Raphaël

L'axe consacré à la restauration des sols, berges et sédiments se déroulera selon les étapes suivantes :

  • Première étape : inventaire des polluants, de la dynamique, des concentrations, des interactions, etc.

  • Deuxième étape : elle dépend des résultats précédents et permettra de définir le choix de plantes à utiliser selon les polluants détectés.

Etude et comparaison de plusieurs systèmes :

- zones tampons

- systèmes de lagunage, ripisylves

Afin d'obtenir un rendement de dépollution maximal, nous effectuerons alors une combinaison des méthodes et réaliserons une analyse.

  • Troisième étape : suivi écologique (ripisylves, prélèvements, analyses)

De plus, une étude approfondie du coût et de la durée nécessaire à la dépollution des eaux, de la nappe phréatique si possible et des berges, sera réalisée.

Enfin, nous étudierons les possibilités de valorisation de ces plantes.

 


  • Axe n°3 : Etude hydrologique et solutions

Sorin Clémence et Sentenac Fanny

Les populations vivant sur les berges du Riachuelo sont directement concernées par sa pollution. Celle-ci s'infiltre sur leurs terres notamment lors des épisodes pluvieux. Aussi notre binôme va tenter de proposer des solutions pour limiter cette intrusion d'eau polluée sur leur lieu de résidence et de cultures.​

On effectuera donc un bilan hydrologique sur la zone concernée grâce aux données fournies par l'organisme chargé de la réhabilitation du site ACUMAR et analysera la mise en place de solutions, telles que la mise en place de :

  • bassins de rétention,
  • digues,
  • réseau de canalisation supplémentaire,
  • réseau d'assainissement pour les effluents domestiques.

​Pour cela nous allons avoir recours aux logiciels tels que HEC-HMS et ArcGIS.

 

Les moyens et outils spécifiques

 

Notre étude va nécessiter l'utilisation de nombreux documents et le recours à plusieurs logiciels. On peut notamment citer : 

  • ArcGIS : cartographie des lieux et zonage
  • HEC-HMS : étude hydrologique
  • Canoë : étude des inondations et zones inondables
  • Matlab : calculs annexes

​La réhabilitation de la rivière étant à l'étude depuis deux siècles, nous utiliserons les ressources auprès de nos contacts et des documents mis en ligne sur internet. On peut notamment citer les informations données par ACUMAR, organisme officiel chargé de la réhabilitation du site.

Contacts : 

Michel Kaemmerer, Maitre de conférences à l'ENSAT

​Nous attendons des confirmations pour d'autres contacts, aussi nous les préciserons par la suite dans le cahier des charges de binômes.

 

Diagramme de Gantt

 

Le calendrier de réalisation du projet est présenté ci-dessous sous la forme d'un diagramme de Gantt. Celui-ci a été construit à l'aide du logiciel Microsoft Project. Ce diagramme nous permet de visualiser simplement toutes les tâches planifiées de notre projet et leurs échéances. Cela nous permet ainsi de contrôler la bonne répartition des travaux dans le temps et de vérifier au-fur-et-à-mesure que nous ne prenons pas de retard sur le projet.

Ci-dessous ont été détaillées les différentes étapes, définies pour le projet. Les délais alloués à chaque tâche sont observables dans le diagramme de Gantt (cliquer sur le diagramme pour l'agrandir).

 

 

Diagramme de Gantt : Cliquer pour afficher l'image en taille réelle