Etude du risque inondation

Contexte et objectifs

Les installations au fil de l'eau sont soumises aux aléas des crues. Et en raison de sa localisation, un moulin présente un risque d'inondation non négligeable. Selon l'expérience du propriétaire, le moulin Priaud se retrouve partiellement submergé presque chaque année. Il est important de quantifier ce risque dans la mesure où la pico-centrale ne peut pas fonctionner en cas d'inondation. Par ailleurs, ces inondations peuvent être à l'origine de dommages au niveau des installations. C'est donc un facteur à prendre en compte pour l'étude de rentabilité du projet.

Ce constat amène deux problématiques majeures :

  • Garantir la pérennité de l'ouvrage et de ses structures
  • Identifier comment les crues inter-agissent sur le fonctionnement de la centrale, notamment sur la production.

Lors de l'étude, les aspects suivants sont ainsi considérés :

  • Localiser et quantifier le risque d'inondation : déterminer l'impact sur la structure ainsi que sur la production
  • Proposer des solutions pour limiter l'impact des inondations : étude de la mise en place d'un aménagement de protection et évaluation du coûts des mesures envisagées.

Méthodologie

Afin de répondre aux objectifs que fixés, voici la méthodologie suivie.

Modélisation des zones inondables

Dans un premier temps, nous nous concentrerons sur l'étude hydraulique de la zone d'étude pour définir dans quelles conditions le cours d'eau déborde et quelles sont les zones à risque.

  • Il serait intéressant d'avoir une idée de l'ampleur des inondations si une carte des PHE est disponible.
  • Il convient de définir la zone d'étude : déterminer le périmètre à considérer autour du moulin.
  • La bathymétrie de la zone est nécessaire pour réaliser les simulations. Des données de bathymétrie sont disponibles sur le site de l'IGN avec une résolution de 25m. Sachant que le cours d'eau a une largeur d'une dizaine de mètres, il y a un potentiel problème de représentativité du problème. Il faudra donc réfléchir à une solution. Dans le cas où les données ne nous parviendraient que tardivement, une visite sur le site nous permettrait d'avoir une idée de la topographie de la région et de la profondeur moyenne du cours d'eau.
  • Une visite sur le site nous permettra également de déterminer plus précisément les caractéristiques du cours d'eau pour pouvoir caler le modèle et les paramètres (coefficient de frottement).
  • A partir des hydrogrammes de crue fournis par le binôme chargé de l'Etude hydrologique, nous réaliserons plusieurs simulations afin d'obtenir des cartes d'inondation dans la zone du moulin ainsi que des profils de hauteur d'eau dans les zones sensibles. Nous envisageons d'utiliser le logiciel Télémac 2D pour réaliser ces simulations.

Quantification du risque

Dans cette deuxième partie, nous étudierons l'impact de la crue sur l'aménagement, en particulier en terme de pertes de production et de détérioration des installations. Cette analyse se fera en étroite collaboration avec le binôme 3 chargé d'optimiser les installations pour la production d'électricité.

Plusieurs étapes sont nécessaires à cette étude :

  • déterminer les limites de fonctionnement des différents éléments de la pico-centrale ;
  • réaliser une analyse de risque d'inondation au niveau de l'aménagement à partir des recherches réalisées par le binôme 1 sur les durées de retour des crues, donnant une indication sur la vulnérabilité de l'aménagement ;
  • en déduire les périodes pendant lesquelles la centrale ne pourra pas fonctionner et les pertes de production associées.

Dimensionnement d'un ouvrage de protection

Enfin, le dernier axe de l'étude du risque d'inondation sera la recherche de solutions de protection de la pico-centrale avec, s'il y a lieu, le dimensionnement d'un aménagement pour protéger le moulin.

Dans ce cas, nous utiliserons également le logiciel Télémac 2D et analyserons plusieurs scénarii pour optimiser la position et les dimensions de l'aménagement. Cette étude sera à réaliser en accord avec le binôme 4. En effet, il s'agit ici de considérer l'éventualité d'une nouvelle installation, qu'il faudra donc prendre en compte dans l'étude d'impact.

Planning prévisionnel

Le projet s'articule autour de trois grandes phases:

  • modélisation des zones inondables ;
  • dimensionnement d'un ouvrage de protection ;
  • évaluation du risque et de ses conséquences.

La méthodologie sera structurée de la manière suivante :

De plus, chaque semaines, des réunions de groupes seront planifiées afin de suivre l'évolution et la cohérence du projet.