Etat des lieux

Afin d'étudier les solutions de réhabilitation du moulin, il est nécessaire de bien comprendre son fonctionnement et d'en connaître l'état. Un premier contact avec le propriétaire nous a permis d'obtenir les informations générales ainsi qu'un premier descriptif des installations.

Dans un second temps, pour nous permettre d'approfondir l'état des lieux, nous avons été amené à réaliser un diagnostic "terrain", organisé avec le propriétaire. Durant 2 jours, nous avons eu l'opportunité d'observer le moulin (dans son état actuel) en fonctionnement, d'identifier les installations existantes et d'évaluer leur état.

Voici une synthèse des données récoltées sur les différentes installations du moulin, de nos observations et mesures réalisées lors de la visite :

1. En amont de la PCH

Figure 1. Seuil

 

Figure 2. Vannes de décharge

 

Figure 3. Canal d'amenée

 

Figure 4. Grille de protection

Afin d'éviter de rendre indispensable l'installation d'un dégrilleur permettant le nettoyage automatique de la grille, nous préconisons de mettre en place une drome de protection (barrage flottant) au niveau du seuil. Celui-ci éliminera la majorité des déchets/débris flottants.

 

2. Au niveau de la PCH

Figure 5. Vanne de prise d'eau

 

Figure 6. Chambre de la turbine

 

Figure 7. Cercle de vannage

 

Figure 8. Turbine

La mise en place de la turbine s'est déroulée en 1929 et a fonctionnée jusqu'en 1990. Depuis près de 85 ans, la turbine est donc soumise aux différentes sources d'usure : 

  • oxydation : rouille ;
  • abrasion : due aux matières en suspension contenues dans l'eau turbinée ;
  • érosion : due à la cavitation située essentiellement sur les aubes de la turbine.

Le matériau utilisé par cette turbine est  était la fonte d'acier. Ce matériau est reconnu pour être résistant à la corrosion mais peu à l'abrasion et à la cavitation. La turbine Francis étudiée ici étant soumise à une très basse chute (1.60 m), les phénomènes d'abrasion et de cavitation sont assez faibles.

A noter, que la fonte d'acier ne permet pas le rajout de matière afin de ramener la turbine dans son état d'origine. Cependant, au vue de son état, nous pouvons tout de même envisager de faire fonctionner la petite centrale avec la turbine existante (peu de remous ou de bulles observés en sortie de turbine : signes de cavitation importante ou de déformation des aubes de la roue).

Une attention particulière devra être portée sur le système de lubrification des paliers et sur l'état de leur garniture (coussinet en bronze ou en régule). Ceux-ci assurant une bonne rotation de l'arbre sans jeu ni friction excessif.
 

3. En aval de la PCH

Figure 9. Canal de fuite

4. Synthèse

Cette visite a permis de mettre en évidence la présence d'équipements déterminant la puissance mécanique de l'installation et nécessaires à la production d'électricité. La plupart de ces installations sont dans un état satisfaisant pour être utilisées afin de produire de l'électricité. Il faudra tout de même porter une attention particulière à la turbine Francis (roue, paliers et vannage) qui est l'élément majeur du moulin.

Cependant, les équipements électriques et l'automatisation du fonctionnement des installations sont actuellement manquants. Cette partie sera donc également être étudiée.