Identification des zones propices

 

Le choix de la zone d'étude s'est porté sur les îles du Ponant, et plus particulièrement le passage du Fromveur, pour plusieurs raisons : le fort potentiel hydrolien sur les côtes du Finistère et le problème énergétique des îles. Nous allons donc cartographier cette zone avec les différents paramètres retenus afin de trouver le site d'implantation le plus propice aux hydroliennes. Pour cela nous avons utilisé le logiciel d'informations géographiques ArcGIS, développé par la société ESRI, et nous avons sollicité l'aide de M. Sheeren.

 

1. La nature des fonds

Dans un premier temps, nous avons analysé la carte des peuplements benthiques de la mer d'Iroise que nous avons trouvé sur le site des services géographiques du Sextant (IFREMER). Sur cette carte, nous avons observé que la majorité des fonds de la zone du Fromveur est constitué de roches dures. Ce paramètre n'a donc pas d'influence sur le choix du site bien qu'il faudra le prendre en compte pour la fixation des machines.


Carte de la nature des fonds marins

 

2. La bathymétrie

Nous avons ensuite analysé et travaillé sur les données bathymétriques. Pour cela, nous avons récupérer les deux dalles bathymétriques du SHOM qui concernent notre zone d'étude (n° 145-84 pour la zone de Molène et n° 145-85 pour la zone d'Ouessant). Après importation, projection en système de coordonnées Lambert 1993, découpage selon la zone d'étude et fusion des deux dalles, nous avons obtenus un semis de points sur la zone sélectionnée.

Ces points (sous format vecteur) sont associés à une table attributaire contenant leurs coordonnées et leur bathymétrie. Afin d'obtenir la bathymétrie en tout point de la zone d'étude, une interpolation a été faite à partir de cette table attributaire. Une pondération par l'inverse de la distance a ainsi permis d'obtenir une carte permettant de visualiser la bathymétrie, en format raster, avec des mailles de 100 m.


Carte de la bathymétrie

Afin de mettre en évidence les bathymétries les plus favorables à la mise en place d'hydroliennes, un reclassement a été effectué afin d'affecter à chaque classe bathymétrique une note.

  • Pour les profondeurs allant de 40 à 60 m, la note de 10 a été attribuée puisqu'il s'agit des profondeurs permettant la meilleure efficacité des machines.
  • Pour les profondeurs allant de 30 à 40 m, la note de 5 a été attribuée car il est possible d'y implanter des hydroliennes mais l'efficacité est légèrement diminuée et il ne sera pas possible d'y mettre des turbines plus grande. Pour les profondeurs entre 60 et 70 m, une note de 5 a également été attribuée car l'efficacité est bonne mais l'installation et la maintenance des machines est plus compliquée.
  • Enfin, pour les profondeurs inférieures à 20 m et supérieures à 70 m, la note est de 0 puisque l'installation des machines n'est pas possible.

 

3. La pente

Une carte des pentes a ensuite été créée à partir de la carte des bathymétries interpolées. 


Carte de la répartition des pentes

Afin de d'éviter les pentes trop élevées pour la fixation des machines, un reclassement a aussi été effectué, comme suit :

Pente Note attribuée
0 à 4 % 10
4 à 10 % 5
Plus de 10 % 0

 

4. La vitesse des courants

Enfin, afin d'évaluer la ressource énergétique, nous avons récupéré les données courantologiques fournies par le binôme 2 sous forme d'un semis de points. Une table attributaire associée à ces points contient pour chaque point la vitesse du courant toutes les heures sur une durée de 12h. Nous avons ainsi pu calculer sur ArcGis la vitesse maximale des courants en chaque point puis nous avons interpolé ces données par pondération de l'inverse de la distance pour obtenir une carte des vitesses maximales. 


Cartes de la répartition des vitesses des courants

Afin de sélectionner les zones avec les vitesses de courant les plus élevées et pour donner plus de poids à ces vitesses, nous les avons reclassé avec la notation suivante :

Vitesse des courants Note attribuée
Plus de 3 m/s 10
De 2,5 à 3 m/s 8
De 2 à 2,5 m/s 5
De 1,5 à 2 m/s 3
Moins de 1,5 m/s 0

Les hydroliennes ne fonctionnant pas pour des vitesses inférieures à 1,5 m/s, la note de 0 leur a été attribuée.


Carte de la notation de la vitesse

 

5. Combinaison des paramètres

Afin d'obtenir le(s) site(s) les plus favorables à l'implantation d'hydroliennes, il faut prendre en compte tous ces paramètres et donc faire une combinaison. Pour combiner les notes obtenues après reclassement en donnant des poids différents à chaque paramètre afin d'obtenir une note finale pour chaque pixel de la zone d'étude, l'outil "calculatrice raster" d'ArcGis a été utilisé avec la formule suivante qui s'applique en chaque point de la carte :

Note = (Note de bathymétrie x 0.40 + Note de vitesse de courants x 0.40 + Note de pentes x 0.20).

En effet, la profondeur d'installation et la ressource courantologique nous ont paru être les paramètres les plus importants. Nous avons également pris en compte la pente mais dans une moindre mesure. La carte obtenue a permis l'identification de les zone les plus propices où se situent les notes finales les plus élevées en bleu).


Carte de la répartition des notes dans la zone

Dans le cadre de notre étude, nous avons décidé de nous concentrer sur les zones ayant une note supérieure à 9 pour avoir des conditions les plus optimales possibles. Cela inclut les vitesses ayant une note supérieure ou égale à 8, une pente ayant une note de 5 (dans le cas où toutes les autres notes sont de 10) ou 10 et une bathymétrie avec une note de 10.

Concrètement, cela signifie que la zone propice choisie incluera :

  • Des pentes entre 0 et 4%
  • Une vitesse maximale moyenne de plus de 2,5 m/s.
  • Une bathymétrie oscillant entre 40 et 60 m.

Ces zones sont identifiées sur la carte ci-dessous.


Carte mettant en évidence les zones les plus propices (en bleu)

Cette carte met en évidence trois zones propices, en terme de paramètres géophysiques et de ressource énergétique, à la mise en place d'hydroliennes. Cependant, les deux sites se situant au nord de l'île d'Ouessant ne seront pas choisies car elles se situent au niveau de zones où les activités humaines sont importantes (pêche et navigation). De plus, ces zones ne sont pas favorables pour raccorder l'île de Molène. La zone la plus propice selon tous les paramètres étudiés est donc celle située dans le passage du Fromveur, au sud est d'Ouessant.

 

Cette analyse nous a montré qu'il y a une zone très propice à l'installation des hydroliennes, en raison de sa profondeur et des vitesses de courants. Ce site est relativement proche de l'île d'Ouessant, c'est pourquoi nous n'avons pas pris en compte le paramètre de distance de raccordement. Afin de s'assurer qu'il n'y ait pas d'interdiction à l'implantation d'hydroliennes sur ce site, nous allons comparer le site trouvé avec les zones ayant le minimum de contraintes réglementaires.