Comparaison des 3 m├ęthodes

Comparons les 3 solutions de valorisation possibles, par rapport aux critères de bénéfice, coût de transport et coût de stockage, afin de déterminer la solution la plus intéressante.

Bénéfices

Tout d'abord, la valorisation par le biais de Cynar permet dans notre cas un bénéfice par tonne de plastique (recettes - coûts de production) de 456 euros, ce qui est plus élevé que les recettes d'Agilyx ou de l'usine d'incinération.

Tableau comparatif des bénéfices annuels selon la forme de valorisation du plastique

Coûts de stockage

L'usine Cynar a une capacité de traitement de 60 000 tonnes par an, ce qui est largement supérieur aux 7 300 tonnes annuelles traitées par une usine Agilyx. On peut imaginer qu'une usine telle que celle de Cynar écoulera beaucoup plus rapidement le plastique extrait, ce qui représentera un coût de stockage moindre. Nous avons calculé ce coût. En faisant l'hypothèse que l'usine traitera exclusivement notre plastique lorsque nous lui fournirons (ce qui est peu réaliste car l'usine dispose d'autres gisements de matière première, notamment par le biais d'un contrat avec SITA UK), nous avons estimé que l'usine mettrait 6 jours à écouler un stock de 6 mois d'extraction, donc 12 jours pour 2000 tonnes annuelles. Dans le cas de l'hypothèse (également très optimiste) où Cynar utiliserait dans sa matière première chaque jour une proportion de 50% de plastique issus de l'extraction dans l'océan, cela ferait une durée de stockage de 24 jours par an. Afin de réduire les coûts de transport, nous choisissons un entrepôt de stockage situé dans la même ville que l'usine, à Portlaoise. Le stockage représenterait un coût de 340 euros par an si l'usine utilise exclusivement notre plastique, et de 686 euros si l'usine utilise dans sa matière première 50% de plastique issu de notre extraction. En comparaison, le stockage durant les 200 jours nécessaires pour écouler le plastique vers l'usine Agilyx ne coûterait que 593 euros par an, du fait d'un coût inférieur de location de l'entrepôt. De la même façon, le coût de stockage pour l'incinération est de 854 euros par an.

 

Tableau comparatif des coûts annuels de stockage selon la forme de valorisation du plastique

                  

Coûts de transport

Le dernier point concerne les coûts de transport pour apporter les plastiques du centre du gyre, qui est notre point de repère, vers les usines de transformation du plastique en carburant. Il nous faudra donc estimer le coût de transport pour nous rendre en Orégon ou en Irlande. N'ayant pas accès au coût de location d'un bateau et de son équipage, nous considérons que ce prix est moindre face au coût représenté par le carburant. Nous avons estimé les distances grâce à Google Earth et Google Maps pour les transports en bateau et train. Nous avons choisi aux Etats-Unis le port de Portsmouth en Virginie pour l'incinération ainsi que Wilmington pour la valorisation en brut, et en Irlande le port de Galway. D'après le tableau récapitulatif des distances et des coûts associés, il semblerait que les coûts de transport soient moins élevés dans le cas d'un trajet vers l'usine Cynar. Dans le cas du transport en bateau, nous prenons en compte l'aller-retour, alors que pour le train, seulement le trajet aller est considéré.

Tableau comparatif des coûts de transport selon la forme de valorisation du plastique

Suite à ces trois constats, il semblerait que Cynar offre une meilleure alternative économique qu'Agilyx ou l'incinération. Il faut néanmoins vérifier cela grâce à un indicateur de rentabilité.