Hypothèse de l'étude

Exclusions des systèmes

Le transport par l'usager, c'est-à-dire du lieu de distribution jusqu'au domicile, n'est pas pris en compte dans notre étude. Par ailleurs, les conditions d'utilisation chez l'usager (maintient dans un lieu réfrigéré par exemple) ont été négligées.

Hypothèses liées au transport PE

Le PE est fabriqué en Europe. Ainsi on retiendra une distance de transport des résines jusqu'au lieu de mise en oeuvre de 500 km. Le transport s'effectue en camion 40 tonnes.

Pour ce qui est du transport du film plastique jusqu'au lieu de distribution, une distance de 110 km parcourue (distance moyenne observée pour le transport de marchandise en Europe. Source : EUROSTAT) en camion 40 tonnes a été retenue.

Concernant la collecte des déchets PE dans l'océan, nous avons retenu une distance de 2000 km pour l'incinération, à savoir la distance entre le centre du gyre et la côte américaine. La revalorisation en diésel s'effectue au Royaume Uni, c'est pourquoi nous avons considéré une distance de 5000 km pour ce scénario de fin de vie. Le transport s'effectue en bateau (Transoceanic freight).

Une fois les déchets PE arrivés à la côte, nous avons considéré une distance de 110 km par camion 40 tonnes pour les acheminer jusqu'au lieu de revalorisation.

Pour la collecte des déchets PE classique, nous avons considéré une distance de  50 km par camion 40 tonnes.

Il est à noter que le transport à vide est déjà inclus dans la manière de compter d'EcoInvent. Il suffit donc de multiplier la masse transportée par la distance que le produit parcourt. Ceci est bien entendu aussi valable pour le transport du PLA.

Hypothèses liées au transport PLA

Le PLA, quant à lui, est produit aux Etats Unis (Nebraska). Les distances prises en compte sont : 2000 km par train pour l'acheminer jusqu'à la côte, puis 6000 km par bateau jusqu'en Europe. Enfin nous avons gardé la même distance de 110 km par camion 40 tonnes pour ce qui est du trajet jusqu'au lieu de distribution.

Scénarios de fin de vie du PLA

Nous avons ici fait l'hypothèse forte que le PLA était biodégradable dans l'océan. Ceci implique que le plastique est dégradé et assimilé par le milieu marin et donc qu'aucune collecte n'est nécessaire. Afin de modéliser l'impact d'une telle biodégradation dans l'océan, nous avons décidé de l'assimiler à du compostage, car ce type de bioplastique est principalement destiné à un tel scénario de fin de vie. Cependant, le celui-ci n'étant pas disponible dans la base de données EcoInvent à notre disposition, nous avons du nous résigner à donner une fourchette de cet impact. Pour cela nous avons pris comme borne inférieure l'absence de fin de vie et pour borne supérieure l'incinération, qui est le scénario de fin de vie le plus nocif pour l'environnement. Une telle modélisation ne pose pas de soucis pour l'interprétation de nos résultats car il ne s'agit pas de quantifier exactement l'impact des plastiques mais bien de les comparer, aussi un ordre de grandeur est suffisant.

Avec les hypothèses effectuées, notamment celle consistant à modéliser l'impact du PLA dans l'océan par du compostage, on constate que notre modélisation du PLA tombé dans l'océan et celle du PLA classique sont identiques. Nous avons donc pu comparer tous nos scénarios.

Scénarios de fin de vie du PE océan

En nous basant sur les conclusions du binôme 2, nous n'avons pris en compte que la transformation en diesel et l'incinération, c'est à dire la meilleure et la moins bonne solution d'un point de vue économique. Nous avons également considéré qu'il n'était pas envisageable de recycler le plastique récupéré, celui-ci étant mélangé et pollué.

Nous n'avons pas pris en compte les pré-traitements des deux voies de revalorisation des plastiques récupérés dans l'océan, à savoir le lavage pour la transformation en diesel, et  le séchage pour l'incinération.

Fin de vie du PE classique

Concernant les scénarios de fin de vie à proprement parlé, nous avons retenu deux scénarios distincts :

  • La fin de vie classique comprenant 5% de recyclage, 50% d'incinération et 45% d'enfouissement.
  • La fin de vie avec recyclage comprenant 33% de recyclage, 35% d'incinération et 32% d'enfouissement.

Les valeurs retenues pour le pourcentage de recyclage correspondent au pourcentage de matière plastique recyclée en France pour le premier scénario, et à la valeur moyenne en Europe pour le second.