Choix des espèces végétales

 

Espèces végétales phytostabilisantes

 

Le choix des espèces à utiliser pour fixer le chrome présent dans les sols dépend de plusieurs paramètres :

  • Les caractéristiques physico-chimiques du sol,
  • La forme des polluants dans les sols,
  • Le degré de tolérance des végétaux choisis,
  • La production de biomasse,
  • Les mécanismes d'absorbtion de la plante
  • Et le transport vers les parties aériennes de la plante.

Une plante utilisée pour la phytostabilisation aura pour but de fixer le chrome en empêchant celui-ci de s'accumuler dans les cellules de la plante ou de migrer vers les parties aériennes, en les concentrant dans la rhizosphère à l'aide d'exsudats, en accumulant les métaux dans les parties racinaires (majoritairement les vacuoles et l'apoplasme).

Une plante utilisée pour la phytostabilisation doit avoir plusieurs caractéristiques :

- Être adaptée aux conditions climatiques et de cultures du site choisi

- Accumuler des métaux dans les parties racinaires et/ou la rhizosphère

- Avoir une bonne production de biomasse afin d'avoir un bon couvert végétal et une valorisation possible.

- Être tolérante aux formes de pollution à traiter

Dans notre cas d'étude, les plantes choisies devront de plus s'inscrire dans la logique paysagère de la ripisylve que nous comptons mettre en place. En considérant tous ces paramètres, le choix s'est porté sur le saule, pour son potentiel de stabilisation des polluants et des berges, ainsi que pour sa grande biodiversité.

En effet le saule est un genre regroupant plus de 300 espèces, présentes sur tous les continents sauf l'Antarctique, et présentant des facultés d'adaptation à tous les climats.

 

                                                   

   Exemple d'espèces utilisées en génie végétal - Source : Lachat B;

La profondeur du système racinaire du saule est en général égale à son altitude, allant donc de 3 mètres de profondeur pour S. Aurita à 30 mètres pour S. Alba. Les racines de saule sont pivotantes et traçantes, c'est à dire qu''il existe une racine principale (le pivot),et un développement de racines secondaires à l'horizontale (traçantes), qui ont les mêmes caractéristiques que la racine principale (force, taille...) de ce système assure une bonne assise au saule, ainsi que le développement d'une rhizosphère étendue. Le saule ayant besoin de lumière et d'eau pour son développement, d'un sol frais et léger, les bords de cours d'eau consistent un très bon espace pour son implantation.

Le faible transfert d'ETM dans les parties aériennes (tiges, feuilles) en fait un bon candidat pour la phytostabilisation. La biodiversité importante des saules est primordiale dans le projet. En effet ceux-ci pourront être utilisés à plusieurs endroits de la succession végétale de la ripisylve, en particulier les milieux forestier et herbacés, en choisissant différentes espèces pour une meilleure biodiversité et une efficience accrue du couvert végétal.