Espèces concernées

Les espèces cibles

Le dispositif de franchissement piscicole doit être adapté aux espèces cibles. La première étape consiste donc à déterminer les espèces présentes au niveau de l'aménagement et dont il est important de permettre le passage.

Pour cela, les espèces piscicoles recensées sur le Salat depuis 1990 ont été listées à partir de la base de données de l'Inventaire National du Patrimoine Naturel. Elles sont regroupées dans le tableau suivant.

- Espèces piscicoles du Salat -

Néanmoins, bien que ces espèces soient présentes dans le Salat, la plupart ne sont pas présentes au Pont de la Taule puisque la portion du Salat concernée par l'aménagement se trouve très en amont du bassin versant. 

Parmi ces espèces, seule la truite fario est présente au niveau de notre aménagement. Or, pour cette espèce, la migration bien qu'effectuée sur de faible distance est indispensable.

Les espèces cibles de l'ouvrage de franchissement piscicole sont donc réduits à la Truite Fario seule. Ainsi, la passe à poissons devra être adaptée aux caractéristiques biologiques de la truite fario.

 

 

Les caractéristiques biologiques de la truite fario

La truite fario est un poisson évoluant en eaux vives, froides (de l'ordre de 5 à 12°C) et bien oxygénées. Sa taille adulte varie entre 25 et 35 centimètres.

- Truite Fario -

[source : parcnational ]

Plus que sa taille, c'est la vitesse de sprint de la truite qui constitue le paramètre primordial pour la franchissabilité du seuil. Cette vitesse correspond à la vitesse maximale du poisson lors de la traversée d'un obstacle par exemple.

En 1993, JJ. Videler propose une expression permettant de relier vitesse de sprint $U_{sprint}$ (en $m/s$) et longueur du poisson $L$ (en $m$) lorsque cette dernière est inférieure à 50 centimètres [3.5].

$$U_{sprint}=0.4+7.4 \times L$$

Le graphe suivant donne les vitesses de sprint de la truite fario obtenues à l'aide de cette expression.

- Vitesse de sprint de la truite fario en fonction de sa taille -

Par conséquent, la passe à poissons sera faite de manière à satisfaire $V_{débitante} < U_{max}$ où $U_{max}$ est la vitesse de sprint minimale que l'on considèrera égale à $2   m/s$  et à laquelle on appliquera une marge d'erreur de 25%. On veillera donc à garantir une zone de vitesse débitante inférieure à $1.5  m/s$ environ afin de permettre à la truite fario de progresser dans le cas de la montaison.

Par ailleurs, afin de gravir une hauteur de chute, le poisson peut également être amené à sauter. Il est donc nécessaire de s'intéresser à la capacité de saut de la truite fario. D'après des observations faites sur cette espèce, il est généralement admis que la hauteur franchissable est de 30 centimètres avec une fosse d'appel de 30 centimètres.

L'endurance de la truite fario est aussi un facteur à prendre en compte afin de dimensionner correctement notre passe à poissons. En effet, celle ci ne peut atteindre sa vitesse de sprint que sur un temps très court appelé temps d'endurance.

- Relation entre l'endurance, la longueur des poissons et la température de l'eau -

[source : [3.2] ]

À l'aide du graphique ci-dessus nous avons déterminé une endurance de l'ordre de 30 secondes pour la truite fario. En utilisant la vitesse de sprint à laquelle on soustrait la vitesse de l'écoulement (qui ne doit pas excéder $1.5  m/s$) , nous pouvons dores et déjà dire que la passe à poissons ne devra pas excéder une longueur de 22,5 mètres sous peine d'être infranchissable par l'espèce migratrice.

Enfin, la période de migration de l'espèce cible est très importante puisque le régime hydraulique de la rivière varie au cours de l'année. Afin de se reproduire, les truites fario adultes remontent jusqu'à l'amont des cours d'eau (montaison) où ils rejoignent des zones de frai. Les femelles pondent alors leurs oeufs avant que le mâle n'y dépose sa semence. Très vite, ils quittent la zone de frai et redescendent le cours d'eau (dévalaison). Dans notre cas, la migration a lieu entre septembre et janvier.

Le dimensionnement de l'ouvrage de franchissement piscicole se fera donc à partir des données hydrauliques du Salat en période de migration de la truite fario.