Puissance

Le calcul de la puissance nette dans les deux scénarios proposés, à savoir la turbine Banki-Mitchell d'une part, et la vis hydrodynamique d'autre part, est nécessaire et sera utilisé lors de l'étude économique afin de calculer les bénéfices retirés par le propriétaire.

 

Cas de la turbine Banki

La puissance disponible ou puissance maximale brute est fixée dans l'arrêté préfectoral à  $ P_{dispo} = 33~kW$.

A partir de cela, il est possible de calculer la puissance installée comme suit :

$P_{installée} = P_{dispo} \times \eta_{turbine ~ Banki-Mitchell} = 28.611 kW$.

On notera que l'on néglige les pertes de charge et on considère que $ H_{nette} = H_{brute} $.

Enfin, la puissance nette que le propriétaire pourra revendre à EDF s'exprime comme :

$ P_{nette} = g \times \eta_{turbine} \times \eta_{générateur} \times \eta_{multiplicateur} \times Q \times H_{brute} $ soit

$ P_{nette} = 9.81*0.85*0.938*0.92*1.2*2.86 = 24.7 kW $

 

Cas de la vis hydrodynamique

La puissance installée diffère du fait d'un rendement supérieur à celui de la turbine Banki-Mitchell.

$P_{installée} =P_{dispo} \times \eta_{turbine ~ vis ~hydrodynamique} = 29.284 kW$.

De la même manière, la perte de charge est également négligée.

Enfin, la puissance nette est cette fois :

$ P_{nette} = g * rendement_{turbine} * rendement_{générateur} * rendement_{multiplicateur} * Q * H_{brute} $

$ P_{nette} = 9.81*0.87*0.938*0.95*1.2*2.86 = 26.1 kW $

 

Par conséquent, la puissance nette est légèrement supérieure dans le cas de la vis hydrodynamique bien qu'elles soient tout de même très proches.