Risques hydrologiques

Les risques hydrologiques représentent tous les dangers dus aux précipitations liquides ou solides. Dans cette partie nous allons essayer de caractériser les différents phénomènes naturels qui peuvent être à l'origine de risques hydrologiques qui peuvent menacer les différents aménagements de la station de ski de Puy-Saint-Vincent. Nous décrivons également les différents risques encourus et les mesures qui peuvent être mis en place pour les éviter ou pour les atténuer.

Le torrent est un cours d’eau de faible longueur et de forte pente (> 6%), caractérisé par des crues soudaines et violentes. Ces torrents peuvent donc transporter tout type de sédiments qui peut être de tailles et de volumes variables. Ces derniers peuvent être dévastateurs sous l’effet de ce qu’on appelle les écoulements de laves torrentielles et les dépôts sur les cônes torrentiels. Les laves torrentielles sont des mélanges de boues ainsi que des sédiments divers qui sont transportés sous l’effet de séquences de pluies intenses déclenchant un écoulement emportant les débris qui peuvent être très destructeurs. Ce genre d'écoulements avec le transport qui l'accompagne se produit dans les régions de forte pente et se déclenche avec l'augmentation des débits de ruissellement. En aval, lorsque le sol devient plus plat. Ces débris vont s’accumuler formant des dépôts sur les cônes torrentiels. 

Les mesures de prévention

La dynamique des phénomènes torrentiels dépend des aléas climatologiques et de nombreux paramètres environnementaux. L'évolution des risques associés aux phénomènes torrentiels pourrait être évaluée à partir de suivi des modifications de la largeur des bandes actives des torrents provoqués par les phénomènes torrentiels et les sapements des berges qu'ils peuvent provoquer.

Le site de la station de Puy-Saint-Vincent se situe en aval des cours d’eau Le Gyr, l’Onde et la Combe de Narreyrou. Donc la priorité pour un aménagement serait de protéger les personnes et les biens des conséquences  des phénomènes torrentiels. Pour cela on a pensé à l’aménagement d’un barrage perméable de sédimentation qui peut assurer une régularisation des débits solides lors des phénomènes exceptionnel qui peuvent être destructeurs.

Le principe de fonctionnement de ce barrage est simple, présence de petits crues qui laissent passer l’eau clair et retient les sédiments de grande tailles. La taille de crues dépend du type de barrage choisis. Selon (Van Effenterre, 1982), il existe plusieurs types de barrages : barrage de sédimentation, à grosses barbacanes, à pertuis, à fente et à grille métallique adaptable. Les sédiments sont retenus dans le barrage, leurs curage se fait soit d’une façon naturelle lorsqu’ils sont emportés par le courant soit manuellement par des engins adaptés. A cause des problèmes de colmatages qui peuvent survenir, l’intervention manuelle est souvent nécessaire surtout pour les régions forestières telles que Puy-Saint-Vincent avec la présence d’arbres dans les laves torrentiels (Figure 7). Pour une meilleure gestion des sédiments, on pourrait permettre à une entreprise de construction l’exploitation du bassin de sédimentation, qui est constitué par des granulats apportés par les torrents. Cette action doit être itéré à chaque crue afin de respecter un niveau de base de la retenue.

    

Figure 7- Emplacement potentiel du barrage perméable de sédimentation (source: Geoportail)