La ressource en eau

La ressource en eau ne doit pas être négligée lors de l’implantation d’une exploitation de gaz de schiste.

La gestion des ressources en eau

La gestion des ressources en eau en France est planifiée à travers des Schémas Directeurs d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE). Ces documents s’inscrivent dans le cadre de la directive cadre européenne sur l’eau du 23 octobre 2000. Ils définissent les grands principes à mettre en place afin de gérer les cours d’eau et leurs bassins versants ainsi que les aquifères. Ils sont mis en place à l’échelle des grands bassins versants français.

Le SDAGE traite plusieurs sujets tels que la préservation des écosystèmes aquatiques et des sites et zones humides, la protection contre la pollution et la restauration de la qualité des eaux, le développement et la protection de la ressource en eau potable et la valorisation de cette ressource en eau. Il fixe les objectifs généraux à atteindre dans chaque grand bassin versant.

À l’échelle de chaque grand bassin versant, la gestion de l’eau est réalisée par des Commissions Locales de l’Eau qui établissent les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) à de plus petites échelles. Les SAGE doivent être cohérent et suivre les objectifs définis dans le SDAGE du grand bassin versant dans lequel ils se situent.

La zone de recherche pour l’implantation de l’exploitation de gaz de schiste se situe dans le Bassin Rhône-Méditerranée. Ce bassin compte 11 000 cours d’eau et couvre 23% du territoire national. La gestion des eaux est répartie à travers 39 SAGE. 

Le SDAGE Rhône-Méditerranée définit des Zones Vulnérables et des Zones Sensibles à l’eutrophisation. Les Zones Vulnérables concernent des zones où l’eau est atteinte par la pollution ou est menacée de pollution, notamment par les nitrates. Ce sont des zones qui sont sous surveillance et qui sont fragiles. De même, les Zones Sensibles à l’eutrophisation sont fragiles car ce sont des zones riches en nutriments, ce qui provoque un développement anormal de végétaux. Les écosystèmes présents dans ces zones sont fragilisés par l’apparition de nouveaux organismes, comme par exemple des algues. 

Ces zones seront prises en compte dans notre cartographie des contraintes liées à la gestion de l’eau car ce sont des zones fragiles. Le risque de pollution lié à l’implantation d’une exploitation de gaz de schiste ne fait qu’augmenter la vulnérabilité de ces zones, qui est déjà élevée.

Risque d’inondations

Il existe également des risques d’inondations importants dans le bassin Rhône-Méditerranée. Ce sont majoritairement des crues éclair liées à de fortes précipitations provoquant une montée des eaux rapide et difficile à prévoir. Ce risque est saisonnier. Il peut être pris en compte en choisissant de construire les puits en dehors des périodes de crues. De plus, afin de protéger la ressource en eau, nous nous éloignons des cours d’eau ce qui diminue le risque d’inondation. 


Bibliographie

Eau France, L'eau dans le bassin Rhône-Méditerranée; consulté sur http://www.rhone-mediterranee.eaufrance.fr/‚Äč, le 27/02/15

Eau France, Schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE); consulté sur http://www.eaufrance.fr/s-informer/agir-et-participer/planifier-et-programmer/schemas-d-amenagement-et-de, le 27/02/15

Eau France, Schémas directeurs d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE);consulté sur http://www.eaufrance.fr/agir-et-participer/planifier-et-programmer/schemas-directeurs-d-amenagement, le 27/02/15