1. Extension de la digue Ouest


1.Extension de 20m
2.Extension de 30m


1.  Extension de 20m:

    Nous avons décidé de rallonger la digue de manière à limiter différentes directions de houles pénétrant dans l'avant port. L'allongement de la digue Ouest d'origine va également permettre une meilleure dissipation de l'énergie de la houle. En effet, la houle de direction 120°N (la plus dévastatrice) percutera la digue de manière oblique ce qui engendrera une rupture de cette dernière et ainsi une dissipation de son énergie.

Après rallongement de la digue, on obtient la bathymétrie suivante:


                                                Bathymétrie après extension de 20m (Source: Binôme 1)

 

1.1 Conditions normales:  (Rappel des conditions)

    Dans un premier temps, on observe les conséquences de ce rallongement dans notre cas de conditions météorologiques normales.


                                 Agitation résiduelle après extension de 20m sous Artemis (Source: Binôme 1)

 

    On voit une agitation quasi-nulle dans tout l'avant-port pour une hauteur de houle en entrée de 0.3m. Comparativement avec la géométrie initiale, les hauteurs sont plus faibles et on respecte bien l'agitation de confort permettant de dormir sur un bateau.

1.2 Tempête de projet:
 

    Les conditions initiales et aux limites dans cette simulation sont les mêmes que celles déterminées précédemment dans la section: Tempête de projet
   On observe la hauteur de houle dans ce cas:


                  Agitation résiduelle en cas de tempête après extension de 20m sous Artemis (Source: Binôme 1)
   
    On voit que l'agitation est comprise entre 0.3 et 0.9m. Ces valeurs sont encore élevées pour l'installation de places à flots mais déjà meilleures qu'avec la géométrie initiale dans le même cas. En étudiant la géométrie, on calcule que les houles pouvant pénétrer l'avant-port sans être bloquées par les digues ont une direction comprises entre 90°N et 147.5°N  en considérant 90°N comme la limite des houles entrantes de façon contraignante. En rallongeant encore de 10m, on espère bloquer des directions supplémentaires.

 


2. Extension de 30m:

Pour cette partie, la bathymétrie devient alors:


Bathymétrie après extension de 30m (source: Binôme 1)

 

    Avec cette nouvelle géométrie, on calcule les nouvelles directions des houles. On trouve une limite à 141.3°N, on a donc, en rallongeant la digue de 10m, 6°N supplémentaires bloqués par la digue.   

2.1 Conditions normales:   (Rappel des conditions)


                          Agitation résiduelle après extension de 30m sous Artemis (Source: Binôme 1)

 

    Lorsque la digue est rallongée de 30m, l'agitation ne dépasse plus 0.07m au niveau des places à flots potentielles ce qui est conforme avec nos normes.
 

2.2 Tempête de projet: 

    Comme précédement, on modélise l'agitation dans le cas de notre tempête de projet. On trouve:


           Agitation résiduelle en cas de tempête après extension de 30m sous Artemis (Source: Binôme 1)

    L'agitation est alors comprise entre 0.3 et 0.6m dans l'avant-port pour un cas de tempête de retour 1 an. On a alors diminué la houle maximale de 0.3m ce qui prouve bien l'intérêt du rallongement de la digue Ouest pour bloquer les houles venant du large.

2.3 Tempête de 1982:

   Afin d'observer les conséquences du rallongement de la digue, on simule dans ce cas la tempête de 1982 même si, comme on l'a vu précédement, elle n'est pas représentative d'un cas réel du a l'absence de modélisation du franchissement. On voit alors le fort impact de la modification de la géométrie, en effet, on passe alors d'une hauteur de houle maximale d'environ 1.24m dans la partie Est pour le cas initial à 0.4m ici.
 


   Agitation résiduelle en cas de tempête de TR=50ans après extension de 30m sous Artemis (Source: Binôme 1)