2. Milieu Physique

 

2. Milieu Physique

 

a) Hydrologie

Le département des Pyrénées Orientales possède un réseau hydrographique dense et varié, allant des cours d'eau de haute montagne aux fleuves côtiers, ce qui lui confère une richesse environnementale unique au point de vue régional.

Le Sègre, un des principaux affluents du fleuve espagnol l’Ebre, prend sa source dans le département des Pyrénées Orientales au Pic du Sègre à 2810 mètres d’altitude en Cerdagne. Il draine un bassin de 472 km² et parcours à peine 20 kilomètres sur le territoire français jusqu’à Bourg-Madame. Il récolte les eaux de trois massifs distincts : Carlit, Font Nègre à l’ouest et Puigmal à l’est, et traverse le plateau cerdan. Il est limité au nord par le Conflent, et le bassin de la Têt.

Le Sègre et ses affluents ont un régime hydrologique à influence nivale, avec des hautes eaux en mai-juin (fonte des neiges) et deux périodes de basses eaux : l’une en janvier-février due à la rétention nivale, et l’autre en août-septembre.

Les sommets qui encadrent le bassin versant constituent de véritables réservoirs, grâce auxquels le Sègre et ses affluents ont des débits relativement soutenus toute l’année.

 

                       

Source : Données Banque hydro             Débits mensuels moyens 1988 – 2013 à Saillagouse 

Dans le cadre du projet de la STEP, les principaux cours d’eau du sous bassin versant concernés par l’étude et leurs affluents sont présentés sur la carte si dessous. Les cours d’eau sont le Sègre et l’Angoust qui sont proches de P2 et l’Estagouge proche de P1.

 

b) Climat et reliefs

La carte ci-dessous permet de bien comprendre le relief du département et de bien situer la zone étudiée dans la vallée de la Cerdagne. 

Source :DREAL Languedoc-Roussillon                    Relief du département des Pyrénées-Orientales

 

Le climat est tempéré. En effet, il bénéficie de l’influence méditerranéenne  et  l’ensoleillement est très important avec presque 300 jours de soleil par an. Cependant, les variations de température sont très importantes et un gradient thermique inversé s’établit avec des températures basses en fond de vallée et des températures hautes qui augmentent avec l’altitude. Plus la vallée est encaissée et plus le phénomène est important. La zone d’implantation de la station d’épuration n’est pas située en fond de vallée mais subit les fortes variations thermiques. Ce paramètre est donc très important pour le dimensionnement de la station.

La vallée est affectée par deux types de vent. Les vents à dominante méditerranéenne tel que le Torb sont des vents très violents. Ils passent par-dessus le massif du Puigmal ou le col de la Perche. Les vents à dominante atlantique arrivent par la vallée du Sègre ou du Carol.

 

c) Géologie

La géologie dans les Pyrénées Orientales est très variée. En effet, le département est divisé : à l’ouest et dans une bonne partie du département les Pyrénées occupent une place importante. A l’est, le département est bordé par la  mer méditerranée. La partie orientale des Pyrénées est surtout constituée de roches crustales que sont le granite et le gneiss, alors que dans la partie occidentale les pics de granite sont accompagnés de couches calcaires. 

Source: DREAL Lanquedoc Roussillon                              Géologie des Pyrénées-Orientales 

 

Sur la carte ci-dessus, nous pouvons constater que la vallée de la Cerdagne est composée de deux types de roches principales : les roches métamorphiques du primaire qui sont les principales roches de la zone étudiée et les granites. Il faut noter également la présence de roches métamorphiques du primaire comme le gneiss mais également des dépôts sédimentaires du quaternaire.

 

d) Hydrogéologie

De façon générale en Cerdagne, trois types de matériaux sont retrouvés : les sédiments non consolidés, en fond de vallée, les roches paléozoïques calcaires et les roches métamorphiques  (schistes et granites).

En fond de vallée on distingue deux zones. Une zone proche de la rivière inondable où les sédiments sont peu consolidés et les roches sont plus récentes et poreuses. Il s’agit de roches anciennes d’origine fluviale ou glaciaire. Cette zone est entourée de terrain plat. En moyenne, elle peut être considérée comme ayant une perméabilité élevée. La deuxième zone est plus éloignée des rivières et proche des montagnes. Elle présente des roches plus consolidées et moins poreuses favorisant un écoulement plus lent de l’eau. La zone présente donc une perméabilité basse.

Les calcaires se distinguent des autres roches paléozoïques. Dans cette région ils ont été altérés en surface et des grottes et galeries se sont formées. La perméabilité est moyenne et l’eau s’écoule par des chemins préférentiels.

Les roches granitiques et métamorphiques ont une porosité nulle. L’eau ne circule qu’à travers les fractures ouvertes où sont retrouvés localement de petits aquifères plus particulièrement dans les roches granitiques. Cette zone est donc vulnérable étant donné sa faible profondeur d’aquifères et de par sa nature.