Traitement de l'air

 

Traitement de l'air

 


Aller au menu "Traitement des effluents liquides et traitement de l'air"

Aller au "Projet"


 

Le traitement de l'air intérieur fait aussi partie des enjeux importants d'un hôpital. Les procédés appliqués dépendent de la législation en vigueur (vous pouvez vous référer à la partie "Réglementation sur le traitement de l'air en milieu hospitalier" ici) mais aussi des activités pratiquées dans les locaux.

Nous avons décidé de nous focaliser sur les différents types de locaux rencontrés dans l'hôpital que nous décidons de construire:

Les locaux à risque de niveau 2

  • Les chambres
  • Les locaux administratifs
  • Les couloirs

Les locaux à risque de niveau 3

  • Les salles de traitement (pour l'étage cancérologie)

Les locaux à risque de niveau 4

  • Les salles d'opération

Pour des raisons réglementaires nous ne pouvons qu'installer des filtres au niveau des locaux à traiter.

 

-1-Choix des zones de prise d'air et de rejet d'air vicié

Les zones de prise d'air doivent être situées dans des zones où la pollution est minime. Nous ne placerons pas ces dernières du côté de l'avenue de Fenouillet.

De même, il est nécessaire d'éviter d'installer les prises d'air sur des façades ensoleillées afin de limiter les charges calorifiques.

Nous positionnerons les prises d'air sur la façade la plus au Nord en préconisant d'installer le parking au Sud du bâtiment.

Dans l'optique d'éviter toute intrusion de rongeur et de pluie (ou autre débris léger), les prises se feront du bas vers le haut avec un système de grillage le plus fin possible pour limiter les pertes de charge.

En outre, les sorties d'air ne doivent pas être à proximité des prises d'air afin d'éviter tout phénomène de court-circuit.

 

-2-Mise en place d'un système de ventilation dans une chambre

Il est nécessaire d'installer un système de ventilation mécanique dans les chambres des patients afin de répondre aux attentes législatives mais aussi pour procurer au patient un environnement sain avec une température contrôlée.

Il existe plusieurs systèmes de ventilation : certains utilisent des bacs d'eau afin de maintenir une atmosphère suffisamment humide. Ils présentent toutefois l'inconvénient d'un entretien fréquent à mettre en place.

Il existe évidemment d'autres systèmes plus performants (mais plus chers). En raison des attentes environnementales de notre hôpital, nous avons décidé de choisir un système à induction qui évite tout phénomène de condensat au niveau de l'appareil. Le système est vendu par France Air ici.

L'installation d'un tel dispositif nécessite l'aspiration de l'air "pollué" au niveau de l'entrée de la chambre et dans la salle de bain. On évite ainsi l'introduction poussée de l'air provenant des couloirs et une humidification importante par diffusion de la vapeur d'eau provenant de la salle de bain vers la chambre.

Il est nécessaire de renouveler l'air à une fréquence de 20 volumes par heure. Sachant qu'une chambre a une surface de 20 m² et une hauteur de plafond de 2,5 m, on doit changer l'air de la pièce à un débit de:

Q= S*h*qrenouvellement = 20*2,5*20 = 1000 m3/h

 

-3-Mise en place d'un système de ventilation dans une salle de traitement

Nous avons estimé les salles de traitement du service cancérologie comme des locaux avec un risque de niveau 3. Le débit de renouvellement de l'air se situe entre 25 et 30 volumes par heure. Un flux unidirectionnel n'est pas exigé pour ce type de pièce.

Afin de déterminer quel est le modèle de système de filtration à appliquer, il est nécessaire de connaître le débit d'air à traiter.

Q = L*l*h*qrenouvellement = 18*15*2,5*30 = 20250 m3/h

 

Ce débit de renouvellement est très important. Les solutions qui s'offrent à nous sont:

  • La mise en place de deux grands systèmes de renouvellement de l'air dans chaque salle de traitement
  • Le cloisonnement des salles de traitement en plusieurs petites salles (2 ou 3).

Afin de limiter la consommation électrique, la seconde solution est envisagée.

 

-4-Mise en place d'un système de ventilation dans une salle d'opération

Il est demandé dans les zones à risque de niveau 4 d'effectuer une ventilation à flux unidirectionnel afin de limiter le brassage de l'air et la diffusion de contaminants. La majeure partie des systèmes actuels se présente de la manière suivante (figure 1).

Figure 1 : Système de ventilation à flux unidirectionnel (source : energieplus-lesite.be )

Il est demandé par la norme NFS 90-351 que l'air des salles d'opération soit renouvelé à 50 volumes par heure.

En créant des salles d'opération de 36 m² (Casenave C., 2010) (7 mètres par 5,15 mètres) au sol avec une hauteur de plafond de 2 m 50, le débit minimal à renouveler est de :

Q = 36*2,5*50 = 4500 m3/h

Notre choix de système de filtration s'est porté sur le produit Biovax® 3 vendu par France Air.

Avec un débit de renouvellement minimal de 4500 m3/h, le modèle 3*2 s'adapte parfaitement avec une vitesse de diffusion de 0,28 m/s et un débit correspondant de 4700 m3. Les particules rejetées appartiennent à la classe ISO 5 (voir ici).

Les dimensions de ce système sont les suivantes:

Figure 2 : Dimensions du système de filtration Biovax® 3

(source: Fiche commerciale Filtration, Biovax® 3)


Aller au menu "Traitement des effluents liquides et traitement de l'air"

Aller au "Projet"