1.1.1 Définition et périmètre de l'étude

Le processus érosif est au coeur de notre travail de part son rôle déterminant dans le modelage du littoral et le recul du trait de côte. L'érosion est de plus la source principale de sédiments dans le cas de l'ensablement. Le comblement de la Baie de la Somme est donc potentiellement d'autant plus important que les falaises sont élimées. Ce mécanisme peut être défini comme un processus de dégradation des roches à l'affleurement sous l'action d'un agent externe. L'eau de mer agit dans notre cas comme agent érosif, vecteur de sédiment mais aussi agent d'ensablement. A son triple rôle s'ajoute la force et la complexité des phénomènes climatiques et la courantologie rendant les études souvent difficiles.

     Bien que seule la région des Bas-Champs du Vimeu soit visée par notre étude, il est important d'étudier les processus à l'échelle de l'unité sédimentaire dont la zone fait partie. Celle-ci s'étire entre le Cap d'Antifer et Le Hourdel sur 120 km et est segmentée en six sous-systèmes. Ce découpage traduit bien la continuité hydro-sédimentaire qui existe entre les côtes crayeuses normande et le cordon de galet picard. Cette inadéquation entre l'échelle du processus et le découpage administratif du pays en département à longtemps été un frein dans la gestion du problème d'érosion.

Système hydro-sédimentaire normano-picard (Costa, 1999)


Accueil du projet

Étude hydro-sédimentaire

1. Etat des lieux

1.1. De l'érosion de la Baie de Somme au recul du trait de côte

1.1.1 Périmètre de l'étude           1.1.2. Source des sédiments          1.1.3. Quantification de l'érosion          1.1.4. Qualification de l'érosion