1.2. Un comblement de la baie contrastant avec l'érosion de la zone

   Les sédiments d'ensablement de la Baie de Somme peuvent être qualifiés d'allocyclique. En effet, ces amas sont dus à la fois aux variations eustatiques et à l'hydrodynamisme de la région. Dolique en 1999 a ainsi décrit la structure des dunes d'ensablement comme suit :

  • une base composée de dépôts fluviaux majoritairement
  • une couche de sédiments déposés lors de la transgression flandrienne à la fin du Wurm

Ces dunes sont aujourd'hui façonnées et engraissées via les courants de marée ou la houle. L'estuaire de la Somme est donc encore à l'heure actuelle considéré comme un puits sédimentaire majeur le long de la côte de la Manche, piégeant près de 70 000 m3/an de sable (SOGREAH, 1995). Ceci pose de nombreux problèmes en ce qui concerne l'accès aux ports de la baie par étranglement des chenaux d'accès par exemple. Un dragage régulier du port de St Valery-sur-mer est ainsi indispensable pour contrer l'élévation de 4 - 5 cm/an du fond du port.

   Les matériaux à l'origine de l'ensablement peuvent actuellement provenir de deux sources majoritaires : l'érosion des falaises crayeuses () comme discuté précédemment mais aussi les sédiments terrigènes charriés par le réseau hydrographique ().

Source GoogleEarth


  Accueil du projet 

1. Etat des lieux

1.1. L'érosion de la baie 1.2. Le comblement de la baie  1.3. Les paramètres influençant  1.4. Conclusion : Un bilan alarmant