2.4 b) Rôle des processus hydrologiques

 

Processus en entrée

Globalement, on voit que le ruissellement provenant du bassin versant est le mode d'apport dominant d'eau dans le Hâble d'Ault. Il représente environ 2/3 du volume d'eau entrant.

 

Il y a tout de même des variabilités dues notamment aux variabilités climatiques. La période qualifiée d'humide a un comportement identique au comportement annuel. Ce n'est pas très étonnant car les pluies sont tout de même présentes tout au long de l'année dans la région. Pendant l'hiver, les sols sont saturés et nus, les cultures n'étant qu'au début de leur maturation. L'eau n'est pas retenue à la surface du sol, et peut difficilement s'y infiltrer, le ruissellement est donc très majoritaire suite aux précipitations. Durant la période plus sèche, on suppose que les sols sont moins saturés en eau. Les précipitations sont plus rares. De plus les cultures sont dans leur phase de développement la plus poussée et consomment l'eau présente dans le sol. L'eau de pluie peut donc s'infiltrer plus facilement dans le sol qui n'est pas gorgé d'eau. Le ruissellement a une part moins importante dans les apports à la zone humide.

 

 

2.4 a) Bilan volumique

2.4 b) Rôle des processus hydrologiques

 


Accueil du projet

 

2.1 Analyse géographique et climatique

2.2 Estimation des composantes du cycle de l'eau 

2.3 Caractérisation des échanges entre les eaux de surface et le sous sol

2.4 Bilan hydrologique

2.5 Inventaire des habitats et espèces

 

Étude des Bas Champs et de la zone humide le Hâble d'Ault

 

1. Présentation de la zone 2. Etat des lieux 3. Estimation des conséquences de la dépoldérisation   4. Conclusions