Conclusion sur la tenue mécanique de la digue

Rappel: On se place en situation de marée haute maximale (coefficient 120) et de tempête (surcôte centennale de +0.6m)

 

On relève que les déplacements maximums sont de 4cm, soit la taille moyenne des galets composant la couche de surface de la digue, et que les gradients de déplacements sont assez grands. On peut donc penser que les variations importantes et rapides de charge hydraulique peuvent déstabiliser la tenue structurelle de la couche de surface et générer des mini-éboulements de galets et de sable.

En période de tempête, ce facteur d'instabilité peut paraître négligeable en comparaison avec l'arrachage de matériaux de surface dû au déferlement de la houle.

Cependant, en période de grandes marées, hors cas de tempête, ce phénomène peut jouer un rôle important dans le processus d'érosion de la digue.

 


Précédent: Résultats de la simulation
poroélastique de la digue

Accueil - Etude poroélastique de la digue

Accueil du projet - Etude structurelle de la digue littorale