Résultats de la simulation poroélastique de la digue

Après préparation du modèle, on souhaite simuler le comportement poroélastique de la digue sur une durée significative. On considère les 2 premiers jours de simulation (soit 4 périodes de marée) comme une phase d'initialisation que nous ne considèrerons donc pas ici.

Suite à cette phase d'initialisation, le comportement de la digue est simulé sur 4 périodes de marée de marnage 10m (coeffcient de marée 120) en appliquant une surcôte constante 0.6m (cas de la tempête de 1990).

 

Pression de la phase fluide

Rappel: La pression de la phase fluide est considérée comme hydrostatique et est calculée directement à partir des charges hydrauliques calculées sous Matlab (voir Création du Modèle)

Évolution du champ de pression de la phase fluide au cours du temps

 

Contraintes équivalentes de Von Mises appliquées à la structure solide

Les contraintes équivalentes de Von Mises sont calculées à partir du tenseur des contraintes de la façon suivante:

Évolution du champs de contraintes équivalentes de Von Mises au cours du temps

 

On constate logiquement que les contraintes sont les plus importantes:

  • sur la base de la structure, là où le poids exercé par la structure en dessus est maximum
  • dans les zones où la charge hydraulique, donc la pression exercée par le fluide sur la structure solide sont élevés

 

Déformation de la structure solide

Évolution du champ des déplacements totaux au cours du temps

 

On observe que les déplacements sont les plus importants:

  • Sur le haut de la structure, la base de la digue étant fixe.
  • Dans les zones où les gradients de charge hydraulique sont importants. Ceci peut s'expliquer par le différentiel de pressions et donc de contraintes exercées par le fluide sur le squelette solide, qui crée un déséquilibre local et déforme la structure.

Influence du gradient de charge hydraulique sur la déformation de la digue

 


Précédent: Création du modèle de digue

Suivant: Conclusions sur la tenue mécanique de la digue

Accueil - Étude poroélastique Comsol