Chapitre 2 : Solutions d'assainissement autonomes

Chapitre 2 : Solutions d'assainissement autonomes

 

Au vu de l'état des lieux, il apparaît impératif de proposer des solutions simples et durables aux populations rurales de Mauritanie pour leur permettre l'accès à un minimum d'hygiène et de confort.

(Source : Peter Morgan, 2007 ; Toilets that make compost)

Les déchets humains tels que les urines et les fèces contiennent des agents pathogènes qui fragilisent la santé des populations n'ayant pas accès à un système d'assainissement hygiénique. Il existe principalement deux procédés simples qui assurent l'élimination de ces agents pathogènes et qui par conséquent améliorent les conditions d'hygiène de la population, tout en permettant la valorisation des déchets humains :

1) La déshydratation:

Ce procédé consiste à assécher les rejets, l'objectif final étant d'obtenir une matière où toute l'eau s'est évaporée. La chaleur, la ventilation et l'ajout de matériaux secs comme de la cendre, des copeaux de bois ou de la terre permettent une déshydratation efficace. Ce procédé est applicable à la Mauritanie qui jouit d'un climat chaud et relativement sec. Il est important de faire rapidement descendre l'humidité en dessous de 25% car a ce niveau, la destruction des agents pathogènes est rapide et il n'y a ni odeur, ni mouches. Des dispositifs tels que les latrines a séparation d'urine sont particulièrement indiqués pour utiliser ce procédé. Dans certains pays très chauds, il est possible d'utiliser ce procédé sans séparer l'urine des fèces.

Latrines utilisant ce procédé: Latrines à séparation d'urine

                                                Latrines à chauffage solaire

 

2) La décomposition

Cette méthode, aussi appelée compostage, consiste à utiliser un processus biologique naturel pour décomposer les matières fécales et en faire de l'humus. Pour se faire on ajoute des déchets végétaux, de la paille, de la tourbe ou encore des coquilles de noix de coco. Le mélange obtenu avec les matières fécales est ensuite décomposé par des micro-organismes tels que des virus, des bactéries, des champignons, des algues ou encore des vers et insectes. Pour que le compostage soit optimal, la chambre de compostage doit avoir une température supérieure à 15°c et une humidité comprise entre 50% et 60%, de plus une quantité suffisante d'oxygène doit pouvoir pénétrer le tas de compost pour maintenir les conditions aérobiques.

 

Latrines utilisant ce procédé: Arborloo

                                                La fossa alterna

 

Ces dispositifs constituent une solution réaliste pour les populations rurales de Mauritanie. Une fois que leurs conceptions et leurs fonctionnements ont été détaillées, une étude plus poussée doit être faite pour déterminer l'endroit le plus approprié pour leurs emplacements, les risques qu'ils peuvent présenter (en cas de fortes pluies par exemple), etc.

Solutions retenues

Retour au plan de l'étude des solutions d'assainissement