I/ Etude des ressources en eau

I/ Étude des ressources en eau

 

Contrairement aux milieux tempérés, où le seul problème est de canaliser l'eau pour l'utiliser, les milieux semi-arides font face à d'autres problématiques. Il faut en effet dans un premier temps trouver et extraire la ressource, la stocker puis la canaliser.

 

Dans la région que nous étudions, la ressource la plus évidente est le fleuve Sénégal et on peut envisager un pompage direct dans le fleuve. Le problème est évidemment la qualité de cette eau de surface. On pense alors à utiliser l'eau des aquifères, pour laquelle il faut réaliser un forage puis un pompage. La phase 1 de notre projet consiste donc à déterminer les solutions les plus appropriées pour le forage et le pompage sur notre site d'étude.

Dans la phase 2, nous étudions l'utilisation de l'eau souterraine, et l'impact que les pompages peuvent avoir sur l'évolution de la nappe phréatique.

Dans la phase 3, nous étudions les autres sources d'eau dans les milieux semi-arides, qui ne peuvent certes pas fournir autant d'eau que le fleuve ou les nappes phréatiques, mais qui peuvent cependant fournir un supplément appréciable.

 

Nous pouvons finalement conclure que le milieu semi-aride étudié n'est pas en danger au regard de la disponibilité et de la quantité de sa ressource en eau. Situés en bord du fleuve Sénégal, les localités peuvent puiser de l'eau dans les nappes phréatiques situées entre 40 et 80 mètres de profondeur. Il existe des techniques de pompage et de forages manuelles, à un coût relativement bas, dont la complexité est faible. Cependant, il est parfois nécessaire d'investir dans des machines adaptées pour réaliser des infrastructures durables. De plus, des solutions alternatives pour trouver de nouvelles ressources telles que la collecte des eaux de pluie, les khettaras et la récupération de la rosée peuvent avoir des avantages non négligeables.