Organisation du travail

II/ Organisation du travail

1) Binômes et Axes d'études

   Afin de répondre aux problèmes rencontrés dans ces villages mauritaniens de moins de 500 habitants, en utilisant les connaissances et les compétences que nous avons acquis au cours de notre cursus à l'ENSEEIHT, nous avons choisi de travailler sur 4 axes d'études.

A - Gestion de la ressource hydrique :

Jean SOAVI et Lise MOURRE

   Notre projet porte sur l'étude des milieux semi-arides, il nous paraît donc intéressant de caractériser la ressource hydrique de cette région. L'eau étant présente en quantité limitée, il est essentiel de connaître le potentiel utilisable, ainsi que la provenance de l'eau qui va être distribuée aux populations locales. Cette étude va alors se séparer en deux phases de travail. Tout d'abord, une étude hydrologique de la zone va être réalisée, à une échelle globale ainsi qu'à une échelle locale afin de caractériser le bassin versant, ses précipitations, et l'évolution du débit au cours d'une année. Suite à cela, suivant l'évolution des précipitations au cours d'une année, l'étude des choix de solutions pour le stockage de l'eau avant sa distribution va être faite. 

B - Étude et dimensionnement du réseau AEP :

Lifang XIE

   Ce travail consiste à étudier la mise en place d'un réseau d'Adduction d'Eau Potable (AEP). Un réseau AEP est généralement constitué d’un forage équipé d’un système de pompage mécanique. Ce système est relié à un réservoir et à un réseau de distribution d’eau. L’eau est amenée par différents moyens comme des canalisations enterrées ou des branchements particuliers, jusqu'à des bornes-fontaines, des abreuvoirs, des bacs pour l’irrigation des jardins maraîchers, etc. Selon les besoins de la population locale, des limitations financières et des techniques du projet, on peut envisager différentes possibilités de distribution que nous étudierons (matériaux, dimensionnement, etc.)

C - Potabilisation de l'eau :

Hyunjung CHANG

   Selon la provenance de l'eau, celle-ci comportera différents types d'impuretés. SI l'eau est prise directement du fleuve, il faudra s'intéresser aux pollutions en aval du point de prise, et étudier les types de déchets rejetés dans le fleuve. Si l'eau provient des nappes souterraines, les pollutions seront de sources diffuses. Le point d'étude principal sera la chloration de l'eau, action majeure et principale afin de potabiliser cette ressource. La chloration permettra de limiter le risque de maladies hydriques.

D - Étude du système d'assainissement :

 

Corinne MILLOUS et Joël MIONE

 

   Réaliser des projets de distribution d'eau à des populations rurales qui n'ont pas un accès facile à cette ressource nous semble extrêmement intéressant. Cependant, il faut avoir conscience que nous modifions en quelques sortes le mode de vie des ces populations. Il est ainsi essentiel de s'intéresser, comme nous le réalisons dans les études européennes, à l'avenir des eaux usées et des déchets. Traiter les eaux usées et les déchets, même de manière simplifiée, pour qu'elles ne soient pas directement rejetées dans l'environnement, est essentiel. L'étude portera sur les méthodes de récupération des eaux usées et des déchets, ainsi que sur leurs traitements et leur remise à l'environnement.

Quatre axes d'études vont donc être développés séparément, mais deux idées seront présentes dans l'objectif des différents groupes : penser à la durabilité et à la rentabilité des installations, des solutions envisagées, ainsi que dans l'aspect global du projet.

 

2) Méthodes et outils de travail envisagés

Le projet sera réalise en partenariat avec un assistant technique de l'AECID. Nous allons dans un premier temps définir de manière spécifique chaque étude que nous allons réaliser. Ensuite il faudra recueillir les données nécessaires à notre travail. Enfin, nous utiliserons ces données ainsi que les travaux qu'ils ont déjà effectués en les adaptant à nos outils de travail.

Nous allons par la suite travailler en binôme ou monome sur chacun des axes définis, en échangeant régulièrement nos avancés entre nous, ainsi qu'avec nos contact de l'AECID. Cela nous permettra de garder un cadre cohérent à nos travaux sans éparpiller nos efforts.