Comparaison avec la carte du SMIVAL

 

Nous allons ici comparer les cartes que nous avons obtenues avec une autre réalisée par le SMIVAL en prenant en compte des observations de terrain sur plusieurs années :

 

Sensibilité des sols du bassin versant de la Lèze à l'érosion (Source : SMIVAL)

 

Nous avons remis ci-après les deuxième et troisième cartes que nous avons construites :

 

Cartes 2 et 3

 

La deuxième carte semble suffisamment précise par rapport à la carte du SMIVAL. Les cartes 2 et 3 sont assez similaires mais sont très différentes de celle du SMIVAL. Nous avons remarqué que d'autres méthodologies de conception de cartes de sensibilité des sols à l'érosion prennent en compte des données climatiques (précipitations). Celles-ci sont plus adaptées à la comparaison que celle que nous avons utilisée.

 

Conclusion :

 

L'occupation des sols de la deuxième carte nous semble plus pertinente pour ce travail même si elle est moins précise que l'autre dont nous disposons. De plus, notre travail cherche à optimiser les pratiques agricoles du bassin versant de la Lèze, et les types de cultures sont assez homogènes (céréales et prairies permanentes). Nous pouvons distinguer simplement les zones de cultures homogènes et de cultures hétérogènes. Nous conservons donc la carte 2 comme résultat dans cette partie du travail.

La comparaison avec les données du SMIVAL ne permet pas de recouper les résultats car les méthodes de mise en oeuvre sont trop différentes. En effet elle représente un aléa, c'est-à-dire un événement : l'érosion hydrique, qui est un couplage de la sensibilité des sols à l'érosion et des précipitations. Nos cartes montrent seulement la sensibilité des sols à l'érosion, la comparaison n'est donc pas appropriée.

Nous allons maintenant étudier l'impact des pratiques agricoles du bassin versant sur l'érosion des sols et essayer de réduire cet impact.