Conclusion sur la gestion du territoire

 

Les enjeux de la prévention :

 

Comme nous l'avons vu dans la partie Analyse Statistique, le bassin versant de la Lèze est assujetti à des crues récurrentes. La crue extrême subie en Juin 2000 a en effet un temps de retour de 33 ans, et ce temps est faible vis-à-vis des problématiques de crue.
Les enjeux sont alors cruciaux. Il est important de penser à des solutions afin de réduire l'impact de ces crues.

Notre étude s'est donc penchée sur les aménagements possibles du bassin versant de la Lèze. Nous avons quantifié tout d'abord un remaniement des terres agricoles visant à augmenter les surfaces boisées. Il a ensuite été démontré l'influence des haies brise crue à proximité de la rivière.

L'impact du type de culture n'a pas été démontré dans notre étude. les différences de rugosité entre cultures étant faibles, il était peu pertinent d'étudier ce citère.

Suite à cette étude il est maintenant possible d'imaginer un plan de gestion du territoire applicable par toutes les communes du bassin versant de la Lèze.

 

Plan de gestion du territoire :

 

Nous avons mis en évidence que les problèmes de crues doivent être appréhendés à court et moyen terme. En effet, bien que le reboisement progressif du bassin versant n'ait pas d'impact immédiat nous avons constaté que sur le long terme, une diminution de la rugosité du bassin versant pouvait être dommageable.

Sans pour autant imposer un plan rigoureux et contraignant pour la population agricole, il est possible d'informer les agriculteurs de leur rôle vis-à-vis des risques d'inondation. Les cultures denses présentant une forte rugosité (soja, sorgho, colza...) peuvent ainsi être privilégiées face à des cultures plus ordonnées et peu denses (maïs, blé, orge, tournesol...). Dans un second temps, les chemins communaux doivent se reboiser peu à peu par des accords entre les agriculteurs et les communes.

 

Comparaison entre des chemins boisés encerclant un champs à gauche et non boisés à droite. (source Google Maps)

 

Nous avons également vu que l'augmentation des surfaces urbaines a un effet  néfaste sur les débits de crue. Il convient donc que les élus locaux prônent une politique d'accroissement réfléchi de leur territoire.

Enfin il a été prouvé que la part la plus importante de la réduction des crues à court terme était la présence des haies brise crue. Ces haies impactent rapidement la dynamique des crues par un ralentissement du débit dans la Lèze. De plus, la mise en place de ce type d'aménagement est aisée. Le coût des haies, de leur plantation et de leur entretien étant faible, les communes peuvent agir rapidement en densifiant ce type de protection.

L'aménagement du bassin versant de la Lèze est un maillon indiscutable d'un plan de gestion des crues. Cependant, des aménagements de type digues ou bassins de rétention peuvent être imaginés au niveau de la Lèze. Ces solutions, plus agressives vis-à-vis du territoires sont néanmoins très utiles car leurs impacts sont plus forts. Une étude a été effectuée par deux autrs membres de notre équipe afin de mesurer l'importance de ces aménagements. Nous vous renvoyons donc à la partie Modélisation d'une zone inondable afin d'avoir une vision complémentaire de la gestion des inondations.