Différentes méthodes mécaniques d'aménagement

On appelle méthodes mécaniques les méthodes ne faisant pas appel à des végétaux, ces méthodes moins respectueuses de l'environnement sont à utiliser seulement en cas de détérioration importante ou quand les conditions comme un débit trop fort ou une pente trop abrupte empêchent l'utilisation d'autres méthodes. Il existe différentes méthodes mécaniques et certaines sont mixées à des méthodes du génie végétal.

 

1) Enrochement et murets

Cette technique consiste à placer des blocs de roche le long de la pente et d'effectuer un ancrage en bas de la pente.

Crédit: Inondation à l'embouchure du fleuve Senegal: hydraulique fluviale et aménagements par Mouhamat SECKEcole Inter Etats des Ingénieurs de l'Equipement Rural/ B.Faso

Une membrane géotextile est placée sous l'enrochement pour limiter la perte de sol à travers l'enrochement. Cette technique est difficile à végéter mais elle peut être utilisée uniquement sur la partie basse de la berge et laisser la place à de la végétation sur la partie haute.

Le muret est un mur vertical fait de blocs de pierre ou de béton, cette technique est la moins respectueuse du milieu car elle empêche totalement la présence de la faune riveraine. De plus, la présence du muret augmente le ruissellement de l'eau et remplace la végétation ce qui induit un manque d'ombre sur la rivière et une augmentation de la température de l'eau.

 

2) Le mur en gradins

Crédit: Ministère de l'environnement, Québec

L'idée est de construire une rive en escalier plutôt qu'un mur de la taille de la somme de tous les murets. De plus, la présence d'arbre assure la végétalisation et les racines aident à la stabilisation de la berge. C'est donc une méthode qui permet d'allier génie végétal et génie mécanique. Cependant cette méthode ne s'applique qu'à des berges de taille et hauteur élevées.

 

3) Le mur-caissons

Crédit: Ministère de l'environnement, Québec

Un mur-caisson est composé de caisses de bois traité et assemblé en caisson. Chaque caisson est remplis de matériaux résistants au gel pour assurer la longévité de la structure et sa résistance aux conditions climatiques extrêmes. Ces structures sont utilisées pour des berges avec de fortes pentes mais une place limitée contrairement au mur en gradins qui requiert beaucoup d'espace. Cette méthode permet également une bonne végétalisation avec la présence possible d'arbustes.

 

4) Les gabions

Crédit: ministère de l'environnement, Québec

Les gabions sont des paniers de fils de fer remplis de pierre, il représente une alternative à l'enrochement et leur forme permet de s'adapter au mieux à la pente de la berge. Leur structure possède environ 30% de vide qui laisse donc la place à la végétation contrairement à l'enrochement. Une membrane géotextile est également placée sous les gabions pour les mêmes raisons que pour l'enrochement. Cette méthode étant plus coûteuse que l'enrochement, elle est utilisée uniquement lorsque la place est trop limitée pour la méthode de l'enrochement.

 

Les méthodes mécaniques pures sont assez peu utilisées car elles ne rentrent pas dans l'optique du développement durable qui est recherché aujourd'hui. En revanche, les méthodes mêlant les techniques du génie végétal et du génie mécanique sont assez répandues car elles permettent une bonne stabilisation des berges et un meilleur respect du milieu naturel.

Le génie végétal: différentes techniques d'aménagement des berges