Méthodologie pour la réalisation des cartes de sensibilité à l'érosion

 

Nous utilisons la méthodologie d'évaluation de la sensibilité des sols à l'érosion à l'échelle régionale telle qu'elle a été développée à l'INRA d'Orléans (Unité de recherche en Sciences du Sol) pour caractériser celle du bassin versant de la Lèze.

 

Le modèle est fondé sur plusieurs paramètres d'entrée :

- l'occupation du sol

- la sensibilité des sols à la formation d'une croûte de battance

- la pente (ou plus exactement l'érosivité du ruissellement)

- la sensibilité des sols à l'arrachement ou érodibilité

 

Ce modèle est illustré ci-dessous.

 

Organigramme du modèle de détermination de la sensibilité des sols à l'érosion (source : INRA Orléans)

 

L'occupation du sol (Types Corine) est définie par différentes modalités : territoires artificialisés (valeur 100), terres arables (210), cultures permanentes (220), prairies et pâturages (231), zones agricoles hétérogènes (240), forêts et végétation arbustive (310), zones naturelles dégradées (324), espaces ouverts (330) et zones humides et surfaces en eau (400). C'est une version simplifiée du Corine Land Cover, base de données européenne d'occupation biophysique des sols qui comporte normalement quarante-quatre catégories.

La battance est un caractère du sol représentant sa tendance à se désagréger et à former une croûte en surface sous l'action de la pluie. Elle est définie dans ce modèle par un degré de sensibilité qui varie de 0 à 5.

Les pentes sont exprimées en pourcentages et construites à partir du modèle numérique de terrain grâce à un système d'information géographique. Elles sont ensuite reclassées en huit types selon les pourcentages de pentes et les surfaces drainées. Le résultat obtenu peut être appelé érosivité.

L'érodibilité mesure la facilité avec laquelle un sol est érodé, ce qui est lié à la sensibilité des sols à être emporté par le ruissellement. Elle est également définie par un degré de sensibilité varient entre 0 et 5.

 

La combinaison de ces différents paramètres d'entrée en exploitant l'arbre de décision permet de déterminer la classe de sensibilité des sols à l'érosion : de 1 pour une sensibilité très faible à 5 pour une sensibilité très forte, 10 pour une zone urbanisée, 11 pour un espace ouvert et 12 pour une zone humide. Seule la colonne Q3 en rouge (sensibilité) nous intéresse ici. Les autres concernent un modèle d'aléa.

 

Notre travail a été fait sous ArcGIS 10 disponible à l'ENSEEIHT et à l'ENSAT.