Résultats suite à nos observations

Nous avons étudié l'état des berges au niveau de quatre stations sur la Lèze et nous avons effectué le calcul de l'IBGN sur trois de ces quatre stations. Nous pouvons donc maintenant comparer nos observations des berges et le résultat tiré de nos prélèvements pour l'IBGN.

1) Station 1

La station 1 est celle située à Labarthe sur Lèze, on obtient une note de 9/20 pour l'IBGN de cette station. C'est donc une note plutôt médiocre étant donné l'état écologique de la Lèze qui semble à première vue plutôt satisfaisant.

Cette station est située en aval d'un seuil et ses berges sont modérément anthropisées, elles sont entretenues de façon artisanale pour lutter contre l'érosion.

 

2) Station 2

La station 2 est la station située à l'aval du seuil du Moulin à Saint Sulpice sur Lèze, c'est la plus anthropisée des trois et sa note IBGN est de 6/20.

Au vu de l'état écologique du site au moment du prélèvement, ce résultat est assez logique. Cependant la présence du seuil et les pollutions extérieures (présence de déchets) semblent jouer un rôle plus prépondérant que l'état des berges dans le mauvais état écologique au niveau de cette station.

 

3) Station 3

La station 3 est située à l'aval de Saint Sulpice au niveau de la confluence entre la Lèze et la Grangette. C'est notre station de référence car celle avec les berges les moins anthropisées. La note IBGN obtenue pour cette station est de 7/20.

Ce résultat semble assez faible pour une station où l'anthropisation est très faible, cependant les berges à cet endroit de la Lèze sont très érodées et on note la présence de méandres.

 

4) Conclusion

On peut conclure que les aménagements effectués au niveau de Labarthe sur Lèze pour lutter contre l'érosion des berges semblent fonctionner puisque c'est la station pour laquelle la note IBGN est la plus élevée. En revanche la station 3 qui est notre station de référence car la plus naturelle a une note assez faible mais comme dit précédemment les berges au niveau de cette station sont assez abîmées. Enfin, la station la plus anthropisée obtient la note la plus faible comme nous l'attendions.

On peut conclure qu'il est difficile de relier l'état écologique uniquement à l'état des berges, il serait intéressant de rechercher les autres sources de pollution potentielles pour mieux comprendre les résultats obtenus.