Estimation de la surface du site

L’emprise au sol des exploitations de gaz de schiste est très importante. C’est l’un des principaux reproches exprimé à l’encontre des exploitants de gaz non conventionnels, et de nombreuses recherches sont faites dans le but de limiter cet impact.

L’emprise au sol d’un puits d’extraction de gaz de schiste est la plus importante lors de la phase de forage et de fracturation hydraulique. En effet, lors de ces phases, la surface au sol nécessaire est de 1 hectare. En comparaison, lors de la phase de production, cette surface n’est plus que de 3 333m², soit 1/3 de la surface nécessaire lors de la réalisation du puits.

Cependant, il faut noter que la surface drainée en sous-sol est beaucoup plus importante que la surface occupée à la surface. Les valeurs recueillies lors de recherches bibliographiques sont très variables car elles dépendent du type de sous-sol, de la teneur en gaz de schiste et du taux de récupération de ce gaz, du design du puits, de la profondeur, etc. Au regard de toutes les informations que nous possédons, nous considérons qu’un puits horizontal multifracturé de 1500 m de profondeur draine une surface de l’ordre de 1 km². 

Il faut également prendre en compte l’espacement moyen entre chaque puits que nous fixons à 600m et la taille de la station de traitement de l’eau que nous estimons à 1 hectare.

Ainsi, la taille de l’exploitation est, au minimum, de 10km². 


Bibliographie

Baylocq P. & Charlez P., 2014, Gaz et pétrole de schiste ... en questions, Edition TECHNIP

Leteurtrois JP., Durville JL., Pillet D. et Gazeau JC. , 2011, Les hydrocarbues de roche-mère en France (rapport provisoire)​

Thomas P., 2011, Le gaz de schiste : géologie, exploitation, avantages et inconvénients; consulté sur http://planet-terre.ens-lyon.fr/article/gaz-schiste.xml#mitage-paysage​, le 19/02/15

Vially R., Maisonnier G. et Rouaud T., 2013, Hydrocarbures de roche-mère – Etat des lieux