Etude préliminaire

La première phase d'un projet de retenue d'altitude consiste en la recherche de sites susceptibles d'accueillir l'ouvrage. 

Les premières zones envisagées pour l'implantation sont les sites de replat, qui permettent une construction plus aisée de l'ouvrage. Cette étude a été réalisée grâce aux cartes IGN du géoportail. Les zones retenues sont exposées sur l'image ci-dessous.



Figure 1 - Carte des différents sites envisageables pour l'implantation de la retenue. (source : Google Earth)

 

Une étude géologique du domaine doit être effectuée en parallèle afin de s'assurer que les sites envisagés ne présentent aucun risque rédhibitoire. Cette analyse est ensuite complétée par une étude spécifique concernant les aléas  montagnards caractéristiques. Ces deux études sont présentées dans la quatrième partie "Impacts environnementaux des aménagements dans un contexte montagnard".

A l'issue de ces études et d'une analyse plus approfondie des sites, les inconvénients majeurs de chacun des sites envisagés ont été mis en avant.
Le site 4 présente des pentes relativement importantes dès lors que l'on s'éloigne de la zone de replat. Cette configuration ne permet pas de concevoir une retenue de taille suffisamment importante pour satisfaire les besoins en eau nécessaires à l'agrandissement. De plus, il serait nécessaire de détruire des habitations pour son implantation. Cette zone, basse en altitude, ne facilite pas le refroidissement de l'eau, optimal pour le fonctionnement des canons à neige. En outre, au vu de la zone de pompage choisie pour alimenter la retenue, la construction du réseau risque d'être malaisée.
Le site 3, ancien lac artificiel, impose une destruction totale de la zone avant la création de la nouvelle retenue. Les pentes sont une nouvelle fois relativement élevées. De plus, la commune souhaite abandonner cette zone afin de permettre son retour à l'état naturel.
Le site 2 est situé sur le plateau d'Oréac qui est hors de la commune de Puy-Saint-Vincent, nécessitant ainsi la mise en place d'accords avec la commune voisine. La présence de barres rocheuses tout autour du plateau pourrait également rendre l'alimentation, depuis le site de pompage, délicate.
Le site 1, au pied du plateau, est proche des barres rocheuses d'où des risques de glissement de terrain, d'éboulement ou encore d'avalanches non négligeables. Une partie de la retenue serait de plus sur zone humide. Cependant, ce site présente les caractéristiques topographiques les plus optimales (avec des pentes inférieures à 3% sur une surface de plus de 24000m2).

Ce dernier site semble être le plus propice à la construction de la retenue. Il est toutefois à noter qu'une étude poussée des ouvrages de protection et des risques de rupture devra être effectuée. De plus, une étude des impacts environnementaux liés à cette construction est à réaliser et des mesures compensatoires à prévoir. D'amples d'informations sur l'étude de ces impacts sont disponibles dans la quatrième partie "Impacts environnementaux des aménagements dans un contexte montagnard".