Impacts de la retenue sur le régime hydrologique

Présentation des impacts hydriques

Les prélèvements d’eau pour l’alimentation de la retenue à partir des cours d’eau naturels peuvent perturber le régime hydrologique et par conséquent perturber les habitats naturels des espèces présentes. Ils peuvent également engendrer des désordres dans les phases de dévalaison et de montaison, indispensables lors leur cycle biologique. Les impacts seraient donc présents aussi bien en amont qu’en aval du cours d’eau (Guide bibliographique et technique de définition des Débits Minimum Biologiques, page9).

                                   

Figure 1- Impacts potentiels des barrages collinaires et des prises d’eau sur la migration et la distribution des crevettes et poissons antillais (source: Fiévet, 1999)

Sur la figure 1, on peut voir les différentes conséquences que pourrait provoquer l’aménagement d’un barrage en amont ou en aval d’un cours d’eau ainsi que les impacts que peuvent provoquer les prélèvements. En les transposant à notre étude, les prélèvements au niveau du Gyr pourrait causer différents impacts qu’il faut prendre en considération. En effet ils pourraient provoquer la disparition des petites larves encore peu développées et donc fragiles. D’autre part, des normes débit réservé sont à respecter afin de garantir un débit minimum biologique assurant un milieu convenable pour l’épanouissement des différentes espèces présentes dans le milieu. Le non-respect du débit réservé pourrait avoir plusieurs conséquences : perte d'habitats, réduction du débit d’attrait qui permet d'attirer les poissons vers les ouvrages de franchissement, réduction du transport des éléments organiques et des minéraux vers la mer. En hiver, une quantité d'eau insuffisante peut causer la prise totale par le gel des rivières, mettant en péril la survie de toutes les espèces présentes pendant la saison froide.  

Mesures compensatoires

Le régime d’écoulement du cours d’eau du Gyr est un régime glaciaire. Son débit mensuel moyen peut varier entre 1 m3/s en hiver (période d’étiage) à 14 ou 15 m3/s en été et pourrait même atteindre les 18 m3/s, (www.vallouise.info). L’article évoque un projet de microcentrale d’EDF alimentée à partir du cours d’eau du Gyr. Il préconise de limiter les prélèvements nécessaires au remplissage de la retenue à un débit maximal de 2.5m3/s durant la période estivale de mai à octobre. Il permettraint ainsi d’assurer un débit convenable à la conservation des différents habitats du cours d’eau (débit minimum biologique) et de concilier tous les usages (eau potable, sports d’hiver, etc.) ainsi que l’évacuation des sédiments.